La chèvre et le Père Noël
Santa and the Goat

Si mes jeux ne sont guère politiques, je n’ai jamais fait mystère de mes opinions, connues de tous ceux qui lisent régulièrement ce blog. Je ne m’informe cependant à priori ni sur le passé, ni sur les opinions politiques des auteurs ou éditeurs qui me contactent et avec qui je travaille, et j’espère bien pouvoir continuer à ne pas le faire. Même lorsque, ce qui est le cas pour quelques un de mes éditeurs français, je sais que leurs idées sont assez éloignées des miennes, cela ne m’empêche pas à priori de publier chez eux. Il y a à l’inverse quelques éditeurs dont les points de vue sont théoriquement proches des miens et que, pour toute une série de raisons pas du tout politiques, je prend grand soin d’éviter.

Test de Santa’s Little Elves au kiosque de la place de la République.

Bref, lorsque, début 2021, j’ai été contacté par les gens de The Gaming Goat, qui cherchaient un petit jeu à publier, je ne suis allé enquêter ni sur le passé professionnel, ni sur les opinions politiques du patron, dont j’ignorais d’ailleurs le nom puisque ce n’est pas lui qui m’a écrit. J’ai peut-être passé un coup de fil à Bruno Cathala et Ludovic Maublanc, qui avaient déjà un jeu dans les tuyaux chez le même éditeur, mais je n’en suis même pas sûr – et si je l’ai fait, ils n’ont pu que me dire que, pour eux, tout avait l’air de bien se passer. J’ai signé avec d’autant moins d’hésitations que TGG acceptait de garder le thème d’un petit jeu de cartes et de bluff, Les petits lutins du Père Noël, thème que d’autres éditeurs pressentis avaient voulu changer. Le développement et le travail graphique se sont ensuite parfaitement bien passés, et je m’attendais à voir Santa’s Little Elves sortir chez TGG games pour Noël, ou dans le courant de l’année prochaine.

Avant que ne soient montrés sur les réseaux sociaux les clins d’œil aux codes iconographiques de l’extrême-droite américaine qu’il avait glissé dans les règles d’un autre de ses jeux, et que ne ressortent à cette occasion des révélations sur sa mauvaise réputation en affaires, son comportement avec ses clients et ses pratiques commerciales, je ne savais rien de Jeff Bergren. J’avais juste remarqué qu’il pouvait être un peu provocateur sur Facebook, mais c’est quelque chose que je peux apprécier. Après ces révélations, Monsieur Bergren s’est malheureusement copieusement enferré, en réagissant d’une manière violemment sexiste et fort peu sympathique.

Alors que je suis généralement plutôt arrangeant et ai su rester avec des éditeurs parfois un peu problématiques, je n’ai vraiment plus la moindre envie de travailler avec M. Bergren. Malheureusement, le contrat est signé, et rien ne me permet de le dénoncer, sauf sans doute le fait que les actes de M. Bergren nuisent à ma carrière et ma réputation, mais cela risque d’être long et compliqué à plaider, je déteste les tribunaux, et j’ai d’autres choses à faire que d’embaucher un avocat américain.

Jeff Bergren a accepté de laisser partir des auteurs sur les projets desquels il n’avait pas encore engagé d’argent, comme Artem Safarov. Pour ceux dont l’édition était presque terminée, comme SOS Titanic de mes amis Bruno Cathala et Ludovic Maublanc, ou déjà bien avancée comme mes petits lutins, il a été moins arrangeant. Bref, je suis coincé, et cela fait quelques temps que M. Bergren ne répond plus à mes messages et que je n’ai aucune nouvelle de The Goat Games. Enfin bon, si je ne peux pas empêcher le jeu de sortir chez TGG, il devra me payer des royalties et je les reverserai au Boardgamegeek, ce sera rigolo.

Il y a d’ailleurs une certaine ironie dans le fait que TGG ait entrepris de publier Santa’s Little Elves. Mes jeux ne sont jamais franchement politiques, mais j’avais quand même glissé dans celui-ci deux allusions qui ne vont pas vraiment dans son sens. Je m’y moquais des jouets ultra-genrés pour petites filles et petits garçons, mais les développeurs du jeu avaient retiré cet aspect, arguant que les joueurs auraient pu prendre cela au premier degré. Surtout, les relations entre le Père Noël, patron exploiteur et sans scrupules, et les pauvres lutins n’ayant que leur bonnet pour capital, étaient décrites dans l’introduction du jeu avec les outils et le vocabulaire de l’analyse marxiste, et l’éditeur n’y avait pas touché.

Jeff Bergren se pose aujourd’hui en victime de la « cancel culture » et accuse ses détracteurs de vouloir couler sa petite entreprise américaine. La cancel culture n’est pas un mythe, comme j’ai pu le lire notamment sur le Boardgamegeek. Elle est une inquiétante réalité en particulier dans certaines universités où quelques illuminés qui se croient de gauche, ivres d’identités fantasmées et de réseaux sociaux, ont remplacé la recherche et la dialectique par l’inquisition et l’excommunication, et renoncé à changer la société pour préférer changer la grammaire et le vocabulaire. Leur cible est au moins autant la gauche existentialiste ou marxiste (donc mon camp) que la droite. Nous n’en sommes pas là dans le monde du jeu de société, ou du moins pas encore.

Ce qu’il se passe ici est totalement différent. Jeff Bergren aurait peut-être pu réparer les dégâts après l’épisode de la grenouille; il a choisi de s’enfoncer et ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Il n’est pas victime d’une cabale, ni même de ses idées, il est victime de ses provocations, et de son comportement en affaires, qui ne laissent aux auteurs comme moi aucun autre choix que de prendre leurs distances. Je le regrette d’autant plus que je n’aime pas avoir le sentiment de me joindre à la foule, de planter un clou de plus dans le cercueil, mais il arrive que la foule ait visiblement raison. Si Jeff Bergren ne renonce pas et publie effectivement Les lutins du Père Noël, et il en a le droit, je vous engage donc à ne pas acheter ce jeu et à attendre que, avec un peu de chance, il finisse un jour chez un éditeur plus respectable. Dans le même esprit, vous pouvez en attendant jouer au bon vieux Poker des Cafards, ou à mon Venture Angels, et peut-être qu’un jour je trouverai un nouvel éditeur pour Toc Toc Toc ou Waka Tanka – j’attends les propositions !

Et pour terminer sur un point positif, j’ai découvert en cherchant une ou deux images pour illustrer ce post que le chariot du père Noël suédois était trainé par une chèvre. Du coup, j’ai pu mettre plein de jolis dessins.


My games usually don’t carry any message, but my political opinions are not a mystery for those who regularly read this blog. However, I don’t systematically check the past history or the political opinions of the designers or publishers I am working with, and I strongly dislike the idea of having to do it. Even when, as is the case with some French publishers, I know that their affiliations are very different from mine, I don’t consider it a valid reason not to work with them. Conversely, there are a few publishers who share most of my political opinions and which, for various and absolutely non political reasons, I carefully avoid.

Santa’s Little Elves played in Etourvy.

When, in the first months of 2021, I was contacted by the people at The Gaming Goat who were looking for small and light games, I didn’t google the professional past or the personal opinion of the boss – I didn’t even know his name since he wasn’t the one who emailed me. I might have phoned Bruno Cathala or Ludovic Maublanc, who already had a game in the pipe with the same publisher, but I’m not even sure. If I did, they probably answered that everything was going fine for them. TGG was willing to keep the setting which other publishers had wanted to change, so I signed without the slightest hesitation for a light bluffing card game, Santa’s Little Elves. Development and graphic work started soon and I was expecting to see my games on the shelves for Christmas, or may be next year.

I didn’t know anything about Jeff Bergren when a picture from the rules of another of TGG games, obviously recycling the graphic codes of the US ultra-right, was published on social networks. I had noticed he could be a bit provocative on Facebook, but it’s something I can appreciate. When people started to google him, revelations about his terrible business reputation, about his commercial practices and the ways he dealt with clients, soon followed. Then Mr Bergren dug himself deeper and deeper with violently sexists, provocative and unpleasant remarks on facebook and elsewhere.

While usually rather easy-going in my relations with publishers, things have clearly gone too far here and I don’t want any more to work with The Gaming Goat. Unfortunately, we have a signed contract, which I cannot just break. I could certainly argue in court that Mr Bergren actions are damaging for my career and reputation, but it might be long, complex and expensive to plead, and I hate courts. And anyway, I don’t have the time and money to hire a US lawyer.

Jeff Bergren has let other designers pay their advance back and leave, when he had not already spent money on art and development, like was the case for Artem Safarov. On the other hand, he didn’t let go the games which were already nearly published, like SOS Titanic by my friends Bruno Cathala and Ludovic Maublanc, or whose edition was well advanced like my Little Elves. I am stuck, and since Mr Bergen doesn’t answer my messages anymore, I have no idea where the project stands at the moment. If he doesn’t voluntarily give up and publishes my game, he will have to pay me some royalties, which I will donate to the Boardgamegeek, just for fun.

Incidentally, there is some irony in Jeff Bergren and TGG having decided to publish Santa Little Elves. My games are usually not political, but there were two not so subtle political jokes in this one, and they don’t point to the right. My prototype was mocking gendered toys, with pink cards for girl toys and blue cards for boy ones. The developers removed this, arguing that players could have taken it at face value and not seen the humor, which was not totally absurd. What is stranger given who they seem to be is that they kept the other joke, the marxist conceptual tools and vocabulary I had used to describe the relations between Santa, shameless capitalist exploiter, and the little elves whose wooly hats are the only capital.

Jeff Bergren now poses as a victim of « cancel culture » and accuses his detractors of trying to bring his small American company down. Contrary to what I’ve read on the BGG, cancel culture is not a myth. It is a worrying reality, especially in universities where self-professed progressives, drunk with identity, nostalgic of their religious youth and feeling enabled by social networks, have substituted inquisition and excommunication for academic research and dialectics, and given up reforming society to focus on reforming grammar. Their target is as much, if not more, the existentialist and socialist left (that’s me and my buddies) than the conservative, reactionary, authoritarian or libertarian right. Fortunately, we are not there, or at least not there yet, in the boardgaming world.

What happens to Jeff Bergren is different. It’s not about intellectual debate but about business, it’s not canceling but boycott. He could easily have switched to damage control mode after the frog episode, but he decided to double-down and can only blame himself. He is not the victim of a cabal, nor even of his political ideas, he is a victim of his own behavior and provocations. This lets me and other creators no other choice than to distance ourselves from his company. I don’t enjoy it, because I don’t like to feel like following the crowd and adding the last nail to the coffin (do you say this in English ?) but sometimes the crowd is clearly right. If TGG doesn’t give up and really publishes Santa’s Little Elves, which they have the right to do, I urge you not to buy it and to wait until, someday, it ends up with a nicer publisher. While waiting, you can play other light double guessing games, like the good old Cockroach Poker, or my Venture Angels, and who knows, may be some day I’ll find a new pubisher for Knock Knock or Waka Tanka.

To end this on a fun note, when looking for one or two pictures to illustrate this post, I found out that, in Sweden, Santa Claus’ cart is drawn by a goat. So I got lots of images.