📖 La chasse mystique

Aux XVe et XVIe siècles, en particulier dans le monde germanique, la chasse à la licorne, jusque là allégorie de l’Incarnation puis de la Passion, devient une représentation de l’Annonciation, à la symbolique parfois assez chargée.

Sur les triptyques peints et sculptés, sur les tentures de devant d’autel, sur les murs des églises peintes, l’Ange Gabriel, en chasseur sonnant du cor, pousse devant lui ses chiens, précipitant la licorne, image de l’Esprit Saint, dans le giron de la Vierge. Il en reste pas mal d’images, il en resterait plus encore si, au XVIe siècle, les réformés n’avaient effacé ou recouvert nombre des fresques décorant les églises.

📖 Licornes bibliques

Le jeune David tuant à mains nues un lion et un ours, auxquels l’enlumineur a ajouté une licorne pour faire bon poids.
British Library, Add ms 42131, fol 95r.

‘autres images de licornes illustrant les quelques passages de la Vulgate où l’animal est cité, notamment Job et les Psaumes, et d’autres où elle ne l’est même pas, comme le songe de Nabuchodonosor dans le livre de Daniel.

Bien qu’aucun quadrupède n’y soit nommément cité, c’est bien sûr dans les miniatures et gravures illustrant la Genèse que les licornes, seules ou en couple, sont les plus nombreuses. Plusieurs chapitres de mon livre, et plusieurs articles de ce blog sont donc consacrés à la Création des animaux, à la vie calme puis tumultueuse du jardin d’Eden, et à l’Arche de Noé. J’ai également parlé dans un article à part du bouc unicorne du livre de Daniel, qui est un bouc et donc pas vraiment une licorne.

La bible hébraïque connaissait le reem, sans doute un bœuf sauvage ou un buffle. La version grecque des Septante en avait fait un monoceros/ Dans la Vulgate latine il était devenu tantôt rhinoceros, tantôt unicornis, mais tous deux étaient plus ou moins notre licorne.

Sur le psautier carolingien dit de Stuttgart, daté des années 820, apparaissent déjà deux licornes à la silhouette massive, l’une illustrant le psaume XXIII, Salva me ab ore leonis, et a cornibus unicornium (libère moi de la gueule du lion et des cornes des licornes), l’autre le psaume XCI, Et exaltabitur sicut unicornis cornu meum (ma corne sera exaltée comme celle de la licorne).

Les illustrations du psautier d’Utrecht et de sa copie le psautier Harley, tous deux du XIe siècle, reprennent dans le moindre détail les textes de certains psaumes. Deux licornes y apparaissent aux psaume XXI, Libère-moi de la gueule du lion et des cornes de la licorne, et XXVIII, L’Éternel brise les cèdres du Liban, Il les fait sauter comme les jeunes taureaux et les faons des licornes. Sur la première image, en bas à droite, des lions et une licorne attaquent deux hommes armés de faux qui ont visiblement bien besoin d’un coup de main de l’Éternel. Sur la deuxième, une licorne brise un cèdre du Liban, mais la scène est truquée, puisqu’on voit les anges qui soufflent en arrière-plan.

On retrouve les mêmes compositions, avec quelques couleurs en plus, sur des psautiers du XIIe siècle.

Dans le livre de Job, au chapitre XXIXX, on trouve qu’un rhinoceros :
« Numquid volet rhinoceros servire tibi, aut morabitur ad praesepe tuum?
Numquid alligabis rhinocerota ad arandum loro tuo, aut confringet glebas vallium post te?
Numquid fiduciam habebis in magna fortitudine ejus, et derelinques ei labores tuos? »


Tout au long du Moyen Âge, les érudits, suivant en cela Saint Grégoire dans ses commentaires sur Job écrits à la fin du VIe siècle, voient dans ce puissant rhinoceros le même animal que la licorne qui se laisse attendrir par une jeune vierge. Les artistes donnant à la bête une silhouette plus proche de notre licorne que du rhinoceros, cela nous vaut dans les bibles enluminées les rares occurences iconographiques de licornes de labour.

Dans les premières bibles en langue vulgaire, ce rhinocéros fut d’ailleurs le plus souvent traduit par licorne, comme dans la Bible catholique de Louvain, en 1560 : « La licorne voudra elle te servir, ou demeurera-t-elle à ta crèche ? Pourras-tu lier la licorne de ta courroye pour labourer ? ou rompra-t-elle les mottes de terre des vallées après toi ? Auras-tu fiance en sa grand’force, lui commettras-tu tes labeurs ?».

Dans une bible d’aujourd’hui, Job XXXIX 9-10 est devenu, ce qui est sans doute plus proche du sens originel : « Le buffle se mettra-t-il à ton service ? Passera-t-il la nuit dans ton étable ? Labourera-t-il tes sillons ? Rompra-t-il les mottes de terre après toi ? Auras-tu confiance en lui malgré sa force prodigieuse ? Lui abandonneras-tu le fruit de tes travaux ? ».

Voici, dans une traduction du XVIIe siècle, ce que Saint Grégoire écrit du rhinocéros, devenu licorne, dans ses Moralia in Job, un texte souvent recopié et commenté :

Comme cette mystérieuse licorne, après avoir reçu la pâture de la prédication, doit en faire voir les fruits par ses actions, l’Écriture dit fort bien ensuite « Lierez-vous la licorne avec vos courroies pour la faire labourer. Ces courroies de l’Église sont ses commandements et sa discipline, et labourer n’est autre chose que fendre la terre des cœurs comme par le fer de la prédication. Ainsi cette licorne, autrefois si fière et si indomptable, est maintenant liée des courroies de la foi, et se laisse mener de l’étable à la charrue pour labourer, parce que plusieurs étant convertis, s’efforcent eux-mêmes de faire connaître aux autres cette même foi dont ils ont été repus. L’on sait avec quelle cruauté les princes de la terre ont autrefois persécuté l’Église de Dieu, et l’on voit avec quelle humilité ils lui sont maintenant soumis par la vertu de sa grâce. Or cette licorne n’a pas simplement été liée, mais elle l’a été pour labourer: parce que celui qui est attaché dans l’Église par les courroies de la discipline , non seulement s’abstient du péché, mais s’exerce même dans la prédication pour y attirer les autres. Quand donc nous voyons que les prince et les conducteurs des peuples viennent eux-mêmes à craindre Dieu dans leurs actions, ne peut-on pas dire qu’ils sont comme liés des saintes cour­roies de l’Église? Quand aussi ils ne cessent point de prêcher par leurs lois sacrées cette même foi qu’ils avaient autrefois si fortement combattue, n’est-ce pas comme tirer avec un continuel effort la charrue de la foi ? Je Prends plaisir à considérer cette licorne, c’est à dire le Prince de la terre, lié des courroies de la foi, qui porte comme une corne redoutable sur le front, par la puissance du siècle qui réside en sa personne, et qui soutient le joug de l’Évangile par l’amour de Dieu. Cette fière licorne serait à craindre, si elle n’était point liée. Car elle a une corne, mais elle est liée. Les humbles trouvent dans ces saintes cour­roies ce qu’ils doivent aimer et les superbes dans cette corne redoutable ce qu’ils doivent craindre. Ce grand prince étant lié de ces courroies spirituelles conserve soigneusement la douceur et la piété mais étant armé de cette corne de gloire et de grandeur terrestre, il exerce son autorité et sa puis­sance. Souvent quand on le provoque à la colère et à la vengeance, il est retenu par le sentiment de la crainte de Dieu. Quelquefois en offensant sa puissance souveraine, on l’anime de fureur, mais faisant aussitôt réflexion sur le juge qui est éternel, sa corne se trouve liée par cette pensée, de sorte qu’il s’adoucit et qu’il s’humilie. Il me souvient d’avoir vu moi-même assez souvent que lorsque cette puissante licorne était toute prête à donner de furieux coups, et qu’ayant déjà élevé cette corne terrible, elle menaçait d’une manière redoutable les moindres bêtes, c’est à dire ses sujets, d’exil, de mort, et d’autres semblables punitions, ce pieux prince faisant aussitôt le signe de la croix sur son front, éteignait en un moment dans son âme cet embrasement de fureur, que se tournant vers Dieu, il se dépouillait de toute colère, et que comme il se sentait impuissant d’accomplir tout ce qu’il avait résolu, il reconnaissait bien qu’il était lié. Mais il ne se contente pas de dompter soi-même sa propre colère, il s’efforce encore d’insinuer dans les cœurs de ses sujets tout ce qu’il y a de bien et de juste, et veut faire voir lui-même par l’exemple de son humilité propre, que tout le monde doit avoir imprimée dans le fond de l’âme une sincère vénération pour l’Église sainte. Dieu dit donc à Job: « Lierez-vous la licorne avec vos courroies pour la faire labourer? » comme s’il lui disait en termes plus clairs : Croyez-vous pouvoir réduire les grands du monde qui se glorifient dans leur folle vanité, au travail de la prédication et les attacherez-vous des liens de la discipline? Il faut ajouter, comme moi qui l’ai fait quand je l’ai voulu, et qui de ceux que j’ai autrefois souffert si longtemps pour persécuteurs et pour ennemis, en ai fait depuis fait des défenseurs de ma foi.

— Les morales de Saint Grégoire Pape sur le livre de Job, 1669

On ne croise nulle licorne dans le livre de Daniel, qui décrit la captivité du peuple juif à Babylone. Pourtant, la licorne est devenu classiquement l’un des animaux représentés dans la scène du songe prophétique de Nabuchodonosor, qui rêve d’un arbre reliant la terre au ciel, sous l’ombre duquel se reposent les bêtes et sur les branches duquel les oiseaux font leur nid. Plus rarement, elle apparait aussi lorsque les choses tournent mal pour le roi de Babylone, qui perd la raison et vit parmi les animaux, parmi lesquels le texte biblique ne cite que les bœufs.

📖 Licornes juives

Les licornes sont très nombreuses dans les marges et les décors animaux des manuscrits religieux juifs du Moyen Âge. Elle y côtoie de très nombreux lions, mais aussi des dragons, des chèvres, des éléphants et pas mal de créatures assez bizarres.

Toute une faune à la fois fantastique et exotique apparaît ainsi, par exemple, sur ce Pentateuque copié en Allemagne au début du XIVe siècle, aujourd’hui à la British Library sous la côte Add ms 15282.

Si ce volume est l’un de ceux où les licornes sont les plus présentes, on les croise à l’occasion sur bien des manuscrits enluminés, qu’ils aient été copiés en Espagne ou en Allemagne. Comme les dragons et autres griffons, ces quadrupèdes, et parfois bipèdes, unicornes sont purement décoratifs. Seul le couple du lion et de la licorne affrontés, relativement fréquent, avait peut-être un sens vaguement symbolique.

La scène de la chasse à la licorne du Physiologus a connu plusieurs lectures tout au long du Moyen Âge, mais toutes étaient chrétiennes. Ce récit n’a donc rien à faire dans les décors des manuscrits juifs. Qu’on l’y trouve parfois, comme sur ce Pentateuque du XIIIe siècle au style graphique typique de l’enluminure juive rhénane, montre à quel point cette histoire était devenue un classique, relevant autant de l’histoire naturelle que de l’allégorie chrétienne.

Pentateuque Rothschild,Allemagne, 1296.
Los Angeles, Getty Museum, ms 116, fol 169r

Sur la toute première page d’une bible juive du XVe siècle, on découvre même jeune vierge à la licorne d’allure très mariale. Dans la ville d’Italie où ce manuscrit a été réalisé, sans doute Ferrare, il y avait assez de travail pour un ou deux copistes juifs, mais pas pour un enlumineur. C’est donc un artiste chrétien qui fut chargé des décors. On ignore s’il a simplement, sans se poser de questions, illustré une bible juive avec les images qu’il mettait habituellement sur les livres chrétiens, ou s’il a voulu faire une bonne blague à un commanditaire que, visiblement, cela ne gênait guère puisque la scène n’a pas été effacée ou recouverte.

Bodleian Library, ms Canonici Or 61, fol 2r.

Une licorne brune apparaît dans un médaillon d’un très riche Mahzor, recueil de prières pour les fêtes juives, copié vers 1490. Les enluminures sont l’œuvre, là encore, d’un atelier chrétien, celui de Boccardin il Vecchio (1460-1529), qui n’employait sans doute qu’un ou deux artistes juifs pour bien dessiner les lettres et ne pas faire de grosses bêtises dans les scènes religieuses. SI les miniatures illustrent les fêtes juives, les frises qui les entourent ne sont en rien différentes de celles que le même atelier réalisait pour les Medicis ou d’autres grandes familles florentines. Ni la licorne brune du médaillon, ni les deux petites licornes dorées de la reliure, ne sont donc particulièrement juives.

La micrographie figurative, peut-être à l’origine une astuce inventée dans le monde arabe pour faire des dessins en prétendant que c’est du texte, a été surtout utilisée par les copistes juifs. Ce sont souvent des animaux qui sont ainsi représentés à l’aide de commentaires des textes religieux.

La maquettiste a judicieusement choisi d’illustrer ce chapitre de mon livre par la plus belle miniature illustrant la discussion entre l’Oku et de l’Ofer dans le Mashal ha Kadmoni. Ce recueil de fables animalières fut le premier livre imprimé en hébreu, à Brescia en 1491, et fut régulièrement réédité. Voici donc quelques autres miniatures et gravures de la même scène.

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le couple du lion et de la licorne debout face à face – en héraldique, on dit affrontés – est souvent figuré sur les murs et les plafonds des synagogues, sur les pierres tombales et sur quelques objets rituels. Autant la signification du lion de Juda est claire, autant celle de la licorne est assez vague, et ne semble jamais avoir été vraiment explicitée. Un autre chapitre de ce blog est consacré spécifiquement à ce couple, également présent à la même époque dans le monde slave. Le couple de deux lions est bien sûr plus fréquent ; celui de deux licornes est plus rare, mais se rencontre à l’occasion.

Voici enfin quelques exemples de tentatives de reconstitution des blason des douze tribus d’Israël, au XVIIe et XVIIIe siècle, généralement par des auteurs chrétiens. Il y en a de plus anciennes, mais je ne crois pas que l’on y trouve de licornes.

Nicholas Mcleod, Illustrations for the epitome of the ancient history of Japan, 1879.
L’auteur pense avoir retrouvé au moins deux des dix tribus perdues d’Israel, une en Angleterre et une au Japon.

📖 Barlaam et Josaphat

oins connu aujourd’hui que le récit de la chasse à la licorne, ou même celui la licorne purifiant les eaux, le dit de l’unicorne était au Moyen Âge l’un des contes mettant en scène la bête unicorne. Ce texte venu d’Inde en passant par les recueils de fables arabes, grecs et slaves, ce qui nous vaut de nombreuses images dans des styles très variés, donnait de l’unicorne une image violente et même diabolique. Il passa de mode à la Renaissance, quand la licorne devint plus blanche et pure.

Je cite dans mon livre l’une des versions les plus connues de ce texte, celle de Jacques de Voragine dans la Légende dorée. En voici une autre, celle du pseudo Jean Damascène, en français du XVIe siècle parce que je l’ai trouvée comme ça et que c’est rigolo.

Parquoy ceux qui servent à un Seigneur si rude & maling & s’esloignent malheureusement de celuy qui est bon, gracieux & débonnaire,& béent aux choses présentes, & y sont attachez, & n’ont aucune cogitation de l’advenir, ains desirent incessamment les délectations corporelles, laissans mourir de faim leurs ames & estre affligéees de maux innumerables : Je les répute semblables à l’homme fuyant de devant une licorne furieuse, lequel ne pouvant soustenir le son de sa voix, & terrible mugissement, fuyoit vistement de crainte d’estre dévoré d’elle.

Or comme il couroit hastivement, il cheut en certain precipice, & en cheant, estendant ses bras, embrasse un petit arbre, lequel il tint fermement, & appuyant ses pieds sur ce qu’il trouva d’aventure, luy sembla qu’il seroit de là en avant en paix & asseurance. Or regardant de près, il veit deux Souris, l’une blanche, l’autre noire, rongeans incessamment la racine de ce petit arbre qu’il tenoit, & ne s’en falloit gueres qu’elles ne l’eussent trenché du tout.

Contemplant aussi le fond de ce précipice, il veit vn Dragon de terrible regard, jettant feu par les narines, & regardant furieusement, ouvrant la gueule, le desiroit dévorer. Et derechef regardant le lieu où ses pieds estoient appuyez, il veit quatre testes d’aspics, qui sortoient tout auprès de ses pieds.

Et eslevant ses yeux en hault, vit un peu de Miel, qui distilloit des branches de ce petit arbre. Parquoy mettant en oubly les maux & dangers qui l’enuironnoient, sçavoir est que la furieuse Licorne estoit en hault, qui le guettoit, cerchant à le dévorer, & au fond le terrible Dragon qui le vouloit engloutir, & l’arbre qu’il tenoit estoit presque couppé, & que ses pieds estoient si mal assis: Oubliant donc tous ces dangers,il fut alléché de la doulceur du miel, & estendit le bras pour en prendre.

Ceste similitude est de ceux, qui sont adhérans à la séduction du présent siècle, l’exposition de laquelle je te diray maintenant. La Licorne est la figure de la mort, laquelle poursuyt tousjours, & désire attrapper le genre humain. Le Precipice, c’est ce monde, remply de tous maux & Iassets mortels. Le petit Arbre que nous tenons, qui est incessamment rongé de deux Souris, est la mesure de la vie d’un chacun, laquelle se consomme & diminue par chasque heure, tant du jour que de la nuict, & peu à peu vient à la fin .

Et les quatre Aspics signifient les quatre fragiles & instables élémens desquels le corps humain est composé, lesquels estans desordonnez & troublez, le corps se diflfoult. Et ce grand Dragon cruel & flamboyant, figure le terrible ventre d’enfer, désirant engloutir ceux qui préposent les présentes délectations aux biens à venir. Et la petite goutte de miel, dénote la doulceur des voluptez du monde, par laquelle ce séducteur ne permet que ses amis voyent leur propre salut, ny le danger où ils sont.

Histoire de Barlaam et de Josaphat, roy des Indes, composée par sainct Jean Damascène, et traduicte par F. Jean de Billy, Paris, 1574.

Certains enlumineurs ne manquaient pas d’humour. Au début du XIVe siècle, celui qui illustra un livre d’heures aujourd’hui à la British Library, le Stowe ms 17 que j’ai déjà cité une ou deux fois sur ce blog, appréciait particulièrement les double sens un peu absurdes. Il a donc regroupé dans le même dessin deux légendes, celle de Barlaam poursuivi par la licorne et le dragon, et celle de la licorne imprudente plantant sa corne dans le tronc d’un arbre. Le résultat n’a allégoriquement plus aucun sens.

British Library, ms Stowe 17, fol 84v.

On devine au verso, en transparence, Renard invitant des poules et une oie à passer la soirée chez lui; ça va sans doute mal finir.

➕ Pure licorne expellant tout venin

Un poème du début du XVIe siècle, donc contemporain des tapisseries du musée des Cloisters, contant une chasse à la licorne.

L’unique manuscrit de ce poème.
BNF, ms fr 2205, fol 39v.

Le grand veneur qui tout mal nous pourchasse,
Portant epieux agus et affilés,
Tant pourchassa par sa mortelle chasse, .
Qu’il print un cerf en ses lacz et filets
Lesquels avoit par grand despit fillés
Pour le surprendre au beau parc d’innocence.
Lors la licorne en forme et belle essence
Saillant en l’air comme royne des bestes,
Sans craindre envieux et canin,
Monstrer se vint au veneur à sept testes
Pure licorne expellant tout venin.

Chasse à la licorne dans la bordure de la tapisserie de Bayeux, circa 1080.

Le faulx veneur, cornant par fière audace,
Ses chiens mordants sur les champs arrangés,
L’espérant prendre en quelque infecte place,
Par la fureur de tels chiens enragés ;
Mais desconfits, las et decouragés,
Ne luy ont faict morseure ou violence,
Car le lyon de divine excellence
La nourrissoit d’herbes et fleurs célestes,
En la gardant par son plaisir benin,
Sans endurer leurs abboys et molestes
Pure licorne expellant tout venin.

Chasse à la licorne dans la marge d’un bréviaire du XIIIe siècle.
Bibliothèque de Cambrai, ms 103n fol 49r.

Sus elle estoit prévention de grace,
Portant les traits d’innocence empanés
Pour repeller la venéneuse trace
De ce chasseur et ses chiens obstinés,
Qui furent tous par elle exterminés
Sans lui avoir inféré quelque offense.
Sa dure corne eslevoit pour deffense,
Donnant support aux bestes trop subjectes
A ce veneur cauteleux et malin,
Qui ne print onc par ses dards ni sagettes
Pure licorne expellant tout venin.

Licornes attaquées par des chiens.
Chandelier de l’église Sainte Walburge de Zutphen, Pays Bas. XIVe siècle.

Ainsi saillit pardessus sa fallace
Et dards pointus d’archer mortel ferrez
Se recevant sur haultaine tarrasse
Sans estre prinse en ses lacz et ses rhetz
Lesquelz avoit fort tyssus et serrés
Pour lui tenir par sa fière insolence
Mais par doulceur et par benivolence
Rendre le vint entre les bras honnestes
De purité plaine d’amour divin
Qui la gardoit sans taches deshonnestes
Pure licorne expellant tout venin.

Dessin pour une tapisserie. La devise Venena Pello, je repousse le venin,est ici associée non à la scène de la licorne purifiant les eaux mais à une dame en hennin dans un enclos, allusion à la Vierge dans l’Hortus conclusus.
BNF, Res Pc-18-Fol.

Pour estre ès champs des bestes l’oultrepasse
Et conforter tous humains désolés,
Triomphamment seule eschappe et surpasse
Les lacz infects par icelle adnullés.
Donc ici bas nous sommes consolés
Par la licorne où gist toute affluence
D’immortel bien par céleste influence ;
Car par ses faicts et méritoires gestes
A conservé tout l’orgueil serpentin
En se monstrant par vertus manifestes
Pure licorne expellant tout venin.

Emblème du Condottiere Bartolomeo d’Alviano,
Paolo Giovio, Dialogue des devises d’armes et d’amour, 1561.

Veneur maudit, retourne à tes tempestes,
Va te plonger au gouffre sulphurin,
Puisque n’as prins, par tes cors et trompestes,
Pure licorne expellant tout venin.

— Palinod (poème marial) de Dom Nicolle Lescarre, circa 1520
BNF, ms fr 2205, fol 39v

La licorne purifiant les eaux, XVIe siècle.
Palazzo Giardino, Sabbioneta, Italie.

📖 Quand Dieu créa la licorne

e chapitre est sans doute celui pour lequel je disposais du plus vaste choix d’images. Les licornes édéniques sont en effet nombreuses sur les miniatures des bibles médiévales, puis sur les gravures de celles de la Renaissance.

Toutes ces images du jardin d’Eden, la Création des animaux, la création d’Adam et Eve, leur mariage, la Tentation et la Chute, n’ont bien sûr pas pu trouver leur place dans le livre, et je vous en mets donc quelques autres ici.

Une erreur a pu se glisser ici ou là dans les intitulés des scènes, car il n’est pas toujours facile de distinguer les miniatures où Dieu crée les animaux de celles où Adam les nomme. L’autre étant à l’image de l’Un, à moins que ce ne soit l’inverse, il est inévitable qu’ils se ressemblent un peu. Tous les enlumineurs ne font pas le choix de représenter Dieu plus âgé, avec une longue barbe blanche.

La création et le jardin d’Eden, avec ou sans licorne, figurent aussi sur la première page de toutes sortes de manuscrits, des compilations comme l’Histoire ancienne jusqu’à César, qui mêle récit biblique et antiquité classique, des encyclopédies comme le Livre du trésor de Brunetto Latini, ou des textes antiques plus ou moins christianisés comme les Métamorphoses d’Ovide,.

Les mêmes scènes, les mêmes images, les mêmes licornes, se retrouvent bien sûr sur les gravures des premières bibles imprimées. Si les images ci-dessous sont moins nombreuses, c’est parce qu’elles proviennent des toutes premières bibles imprimées, avant 1520, dont les programmes iconographiques sont encore très proches de ceux des manuscrits.


Les choses changent un peu au XVIe siècle. Les techniques de gravure progressent, permettant de représenter des images plus complexes, et les troubles religieux ne sont pas favorables à la licorne qui ne disparait pas mais se se fait plus discrète, souvent à l’arrière plan. Tout cela est discuté dans un autre chapitre, qui lui n’est pas dans le livre mais sur ce blog, d’un jardin l’autre.

Au fait, voici un extrait de l’épisode des Simpsons dont je parle dans le livre, où la licorne Gary meurt d’épuisement après avoir creusé un tunnel pour permettre à Eve de retourner au jardin d’Eden.

➕ D’un jardin l’autre

Dans les premières bibles imprimées, dans les recueils de « figures » religieuses, dans les paysages animaliers des XVIe et XVIIe siècle,  la licorne n’est  plus, comme dans les enluminures médiévales, une figure allégorique défilant avec le lion au premier rang du monde animal. Elle est une créature parmi des dizaines d’autres dans des représentations un peu touffues du jardin d’Éden.

Sur une série de gravures bibliques réalisées par le graveur flamand Pieter van der Borcht, la licorne est présente dans pas moins de dix scènes de la Genèse, s’éclipsant comme souvent après avoir quitté l’Arche, pour ne reparaître que bien plus tard, et c’est original, en arrière-plan de la tentation du Christ. (Vous pouvez voir les planches entières en haute définition sur le site du Rijksmuseum)

Le récit biblique de la création du Monde ne citant nommément aucun animal autre que le serpent tentateur, la colombe et le corbeau, les graveurs ont en effet peuplé leur Eden assez librement, dans des scènes qui seraient réalistes si elles n’étaient pas si pacifiques. Griffons, dragons et autres sirènes en sont presque toujours absents, mais la licorne, animal exotique autant que légendaire, comme l’éléphant ou la girafe, est fréquemment représentée.

C’est bien sûr sur les gravures illustrant la Genèse que la licorne, désormais souvent en couple comme les autres animaux, est la plus fréquente. Du sixième jour de la Création à l’embarquement dans l’Arche de Noé, elle est encore là mais se fait de plus en plus discrète au XVIIe siècle, passant à l’arrière-plan, parfois trempant la point de sa corne dans le cours de l’un des quatre fleuves du paradis terrestre. On ne la voit plus guère après qu’elle a quitté l’arche, se retirant sans doute dans quelque haute montagne ou désert reculé.

C’est dans le monde germanique qu’avaient été peintes, au XVe siècle, la plupart des Annonciations à la licorne. Les représentations du couple licorne-vierge y faisaient presque de la blanche bête dans le jardin clos un attribut marial. Si quelques chasses mystiques peintes sur les murs des églises ont été effacées, la licorne n’a cependant pas été éliminée de l’iconographie biblique protestante, elle s’est juste déplacée du jardin clos du Cantique des Cantiques au jardin d’Eden de la Genèse.

Luther lui-même traduit unicornis par Einhorn et cite l’animal à plusieurs reprises dans ses sermons, par exemple dans celui sur les brebis perdues où il compare la foi imperturbable de Moïse à « la licorne, animal dont on sait qu’il ne peut être capturé vivant [1]». Il aurait même, peu avant sa mort, été soigné en vain avec de la poudre de corne de licorne [2].

Lucas Cranach l’ancien, qui embrassa la réforme avec enthousiasme et fit plusieurs portraits de Martin Luther et de ses proches, ne peint bien sûr aucune vierge à la licorne, mais on lui doit de nombreuses représentations du jardin d’Eden, où la licorne est souvent présente.

Si les représentations de licorne endormie dans le giron d’une jeune vierge se font très rares dans le monde protestant, la licorne édénique gambade donc librement aux XVIe et XVIIe siècle dans les jardins luthériens autant que catholiques; il est vrai que les bois ou cuivres utilisés par les imprimeurs sont souvent les mêmes, où se recopient sans scrupules. Les bibles calvinistes ne sont guère illustrées, ça ne ferait pas bien sérieux, mais la bête reste présente, notamment, dans le texte des Psaumes.

Le monde animal est aussi l’un des thèmes de prédilection de nombreux artistes. Les épisodes de la Genèse, de plus en plus concurrencés il est vrai au XVIIe siècle par la scène d’Orphée charmant les animaux, permettent de mettre en scène dans un contexte apaisé tout le monde animal, et toute la technique du dessinateur. Des peintres comme Jan Brueghel l’ancien (1568-1625) et son fils Jan Bruegfhel le jeune (1601-1678), les deux frères Jacob (1567-1603) et Roelant Savery (1576-1639), puis leur neveu Jacob le jeune (1592-1651)se sont fait une spécialité de ces paysages animaliers, où plantes et créatures sont représentés avec le même soin que dans les scènes de chasse ou les natures mortes. Roelant Savery vécut dix ans à Prague, à la cour de l’empereur Rodolphe, et s’était entraîné à peindre d’après nature les nombreux animaux exotiques de sa ménagerie – on lui doit les plus célèbres représentations du dodo. Point de dragons ou de griffons dans ces tableaux où la licorne est peut-être la seule créature que l’artiste n’a jamais observé.

Preuve que le sujet religieux ou mythologique n’est guère plus qu’un prétexte à peindre le ponde animal, le Dieu créateur, Adam, Eve, l’Arche ou Orphée passent peu à peu au second plan, loin derrière les silhouettes de lion, de vache ou de chevaux qui semblent observer le spectateur. Les légendes ne sont pourtant pas tout à fait oubliées et, lorsque la licorne au loin se fait discrète, elle est parfois occupée à tremper la pointe de sa corne dans les eaux d’un fleuve.

Le jardin d’Eden judéo-chrétien est une variation sur un thème présent dans bien des cultures, et dans la mythologie gréco-latine, celui du locus amoenus, du lieu idyllique, et de l’Âge d’or. A la Renaissance, les mêmes artistes qui se sont inspirés de la scène d’Adam nommant les animaux pour figurer Orphée les charmant ont aussi représenté l’âge d’Or classique d’après l’Eden chrétien. Si l’on n’y trouve guère de licornes, c’est surtout parce que les animaux y sont plus rares, tandis que les hommes, plus nombreux et parfois moins tenus par la chasteté et la sobriété, y occupent toute le scène. Les auteurs classiques, notamment Virgile dans les Bucoliques et les Géorgiques et Ovide dans les Métamorphoses, insistaient cependant sur la paix entre l’homme et le monde animal, semblable à celle qui régnait en Éden avant la chute.

Nous avons vu que les licornes édéniques des tableaux et gravures trempent souvent leur corne dans les eaux de la fontaine ou de l’un des quatre fleuves du paradis terrestre. Dans un long poème consacré à l’âge d’or, Laurent de Medicis, qui à défaut de licorne hébergeait dans sa ménagerie une girafe, remarque que cela ne devrait pas être nécessaire. Les serpents ne sifflaient ni ne piquaient, le regard du basilisc était doux et inoffensif, les autres animaux pouvaient donc en principe boire en toute tranquillité sans devoir attendre que la licorne les ait précédés.

E serpenti non han veneno, o fischio,
Onde tal volta il cor si fugge il sangue.
Securo è mirar fiso il basalischio,
Ne per guardo mortal tristo alcun langue :
Ne gli animali al fonte hun patienza ,
Che lo Alicorno facci la credenza.

Lorenzo de Medici, Poesie Vulgari, 1544 , p.97. (circa 1470)

Trente bœufs mugissaient au fond de ses cavernes;
Ses qu