馃摉 La licorne de mer

La licorne de mer 茅tait certes moins connue que celle de terre, mais peintres et graveurs l’ont n茅anmoins repr茅sent茅e 脿 l’occasion, tant么t plut么t licorne, tant么t plut么t poisson.

Le monoceros de mer

Au Moyen 脗ge et 脿 la Renaissance, les licornes de mer doivent moins 脿 une mauvaise description du narval ou poisson-scie qu’脿 l’id茅e qu’aux cr茅atures terrestres, homme compris, correspondent des cr茅atures marines.

L’univers marin 茅tait mal connu, et les textes des trait茅s m茅di茅vaux ne donnent gu猫re de d茅tail sur l’unicornis ou le monoceros de mer. S’il a la m锚me corne et parfois la m锚me silhouette que la licorne terrestre, il ne combat pas le lion ou l’茅l茅phant de mer, ne purifie bien s没r pas les eaux, et n’est pas particuli猫rement int茅ress茅 par les jeunes vierges ou les sir猫nes.

L鈥檈nlumnieur de ce manuscrit du De natura rerum de Thomas de Cantimpr茅 (Biblioth猫que de valenciennes, ms 320, fol 125r), 脿 la fin du XIIIe si猫cle, est 脿 ma connaissance le seul 脿 avoir pens茅 que le coup de la jeune vierge pouvait aussi marcher avec la licorne de mer.

脌 la fin du Moyen 脗ge, le monoceros de mer ressemble de plus en plus 脿 une licorne. L’animal n’茅tant pas cens茅 voler, ce qui nous semble des ailes sur les gravures de l’Ortus Sanitatis de Johannes de Cuba est sans doute des nageoires.

Au XVIe si猫cle, si Olaus Magnus, qui avait v茅cu en Su猫de, puis Conrad Gesner ont sans doute entendu parler du narval, les animaux repr茅sent茅s dans leurs ouvrages sont encore des monoceros de mer.

Le capricorne ou hippocampe unicorne

Le capricorne 茅tait souvent marin, et rarement unicorne. Celui du psautier de Saint Louis et Blanche de Castille est le seul que j’aie trouv茅 dans un manuscrit m茅di茅val qui ait les deux caract茅ristiques.

C’est pourtant ce mod猫le qui s’est ensuite r茅pandu dans l’art baroque, o霉 il c么toie toutes les cr茅atures marines de la mythologie grecque. On remarque que, s’il en a la longue corne spiral茅e, l’animal n’y a jamais la barbiche ou les sabots fendus de la licorne, il s’agit bien d’un hippocampe unicorne, pas d’une licorne de mer.

Si cet hippocampe unicorne apparait 脿 l’occasion sur les cartes marines, voyageurs et cosmographes sont peu nombreux 脿 la d茅crire. Je n’ai trouv茅 qu’une repr茅sentation d’une telle licorne de mer, accompagn茅e d’une sir猫ne, dans un trait茅 du XVIIe si猫cle sur les indes orientales et occidentales et la Chine r茅dig茅 par un 茅rudit allemand qui n’avait gu猫re voyag茅 qu’en France, en Italie et aux Pays-Bas.

Et la licorne des airs ?

S’il y avait des poissons-licornes, personne ne croyait vraiment aux oiseaux licornes. On peut en croiser un ou deux, dans les marges des manuscrits ou les sculptures des 茅glises, mais ce sont des d茅lires d’artiste sans grande signification. C’est aussi 脿 la Renaissance qu’apparaissent les toutes premi猫res licornes ail茅es, mais cela, j’en parle dans mon livre, et dans d’autres posts de ce blog.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *