Rencontres ludopathiques 2016
2016 Ludopathic Gathering

Playing in the sun

Il ml’a fallu presqu’une semaine pour me remettre des rencontres ludopathiques. Je suis rentré de ces quatre jours – cinq pour moi, puisque j’étais à Etourvy dès le mardi – totalement épuisé et vaguement enrhumé. J’ai repris des forces, j’ai rangé un ou deux milliers de jeux dont beaucoup ne ressortiront plus avant l’année prochaine, j’ai posté sur Facebook les photos envoyées par les uns et les autres, et je m’attaque maintenant au traditionnel compte-rendu sur mon site web.

Je commence, parce qu’il faut le faire si je veux qu’ils reviennent ou qu’ils me renvoient des jeux l’année prochaine, par les remerciements aux éditeurs. Merci, donc, à  ceux qui sont venus en personne à Etourvy (Blue Orange, Gigamic (que j’essaie de faire venir depuis quinze ans), Iello, Tasty Minstrel Games, Days of Wonder, Letheia, FunForge, Matagot, Superlude, Portal, Libellud, Lui-Même, Sweet November, Horrible Games, Flatlined Games, MESABoardgames, Passport Game Studios, Purple Brain) et à ceux qui ont gentiment envoyé petits ou gros colis pour la table de prix (In Ludo Veritas, Edge, Blackrock, Matagot, Ravensburger, Abacus, Steve Jackson Games, White Goblin, FFG, Space Cowboys, Jolly Thinkers, Repos Prod, Gameworks , Tasty Minstrel, Philibert). Je ne sais pas quel était le plus gros colis, mais celui qui venait de plus loin était certainement celui de Jolly Thinkers, l’éditeur chinois de l’excellent CS-Files / Deception / Murder in Hong Kong – très joué tout au long du week-end.

Parce qu’il y avait de nombreux éditeurs, il y avait aussi de nombreux auteurs – à moins que ce ne soit l’inverse – et les prototypes ont beaucoup tourné. Ignacy Trzewiczek a installé ses premiers martiens sur une table qu’ils n’ont plus quitté du week-end. Bruno Cathala bougeait un peu plus, mais j’ai vu bien souvent le même jeu que l’an dernier, en plus vert et moins égyptien. On notait aussi les conséquences dramatiques du passage de Cthulhu dans le domaine public. Si je n’ai pas repéré les prototypes d’Arve, c’est parce qu’ils sont si bien faits que je les prenais régulièrement pour des jeux édités – et j’attends avec impatience le jeu de cartes avec des Samurais dont j’ai observé un bout de partie le dernier jour. J’arrête là, parce que si j’essaie de citer tous les auteurs, je vais inévitablement me fâcher avec ceux que je vais oublier, mais vous pouvez les chercher sur les photos.

Moi aussi, j’avais amené quelques protos, mais je n’ai pas eu vraiment le temps de les faire tourner et de me vendre auprès des éditeurs. Dolorès et Chawai, qui devraient tous deux sortir avant la fin de l’année, ont tourné un peu, mais sans moi. Tout juste a-t-on confirmé avec Benoit Forget, de Purple Brain, un deal qui était déjà dans l’air. Les rencontres ludopathiques sont de plus en plus professionnelles mais professionnellement je suis sans doute l’auteur qui en bénéficie le moins, trop occupé que je suis à la gestion de tout ce petit monde. Il y a un truc qui cloche…..

Codenames

Le grand succès des rencontres fut, sans grande surprise, le nouveau Taboo, Codenames, de Vlaada Chvatil. Il a été joué en français sur les jolies boites toutes neuves apportées par l’équipe de Iello, mais aussi en anglais, puis avec les cartes de Hall of Fame, un jeu italien sur les hommes célèbres, puis avec les cartes de Cards against Humanity, puis avec celles du Doigt dans la Chatte, le prototype de Martin Vidberg, et même avec vingt-cinq boites de jeu disposées en carré. On a envisagé un codenames grandeur nature avec 25 joueurs en guise de cartes, mais cela ne s’est pas fait.

Les autres grands succès du week-end, ceux que l’on voit toujours sur les photos, ont été Imagine, le jeu de dessins qui bougent de Shotaro Nakashima, et Potion Explosion. Lorenzo Silva, l’un des auteurs de Potion Explosion, avait fait le voyage depuis Milan. N’ayant pas encore joué à son jeu, je ne peux pas vous en dire beaucoup plus – si ce n’est que ça ressemble à un mélange entre Candy Crush et Harry Potter, et qu’il est rare que la foule éclairée des ludopathiques se trompe quand elle plébiscite un nouveau jeu.

Photo Party

Côté jeu d’ambiance débile en extérieur, le prototype de la nouvelle version de Photo Party, jeu de Laurent Escoffier qui se joue désormais par équipe, a donné des résultats étonnants. La deuxième partie, celle du samedi, a mobilisé trois équipes de 10 joueurs. Je poste quelques photos ci-dessous, vous en avez plus sur Facebook, et pour les règles, voire les contrats d’édition, il faut voir avec Laurent.
J’avais prévu le matériel pour un Hippo Gloutons grandeur nature, avec des joueurs hippos allongés sur des skateboard et brandissant des cuvettes en plastique, mais l’expérience s’est avérée peu convaincante et les balles de piscine ont été recyclées dans d’autres jeux – notamment Photo Party où elles ont permis de distinguer les équipes. On a fait aussi deux Brouhahas, un classique avec des  bruits d’animaux et un en chanson, mais je n’ai curieusement aucune photo !

Mission : Red Planet

J’ai eu un certain succès en faisant la promo de Kheops, dont les premières boites étaient arrivées juste à temps pour le week-end. Ce jeu à deux à la fois stratégique et chaotique (après tout, c’est Serge Laget et moi qui l’avons conçu) a été beaucoup joué. J’ai vu aussi pas mal de parties de Mission: Planète Rouge, Blood Rage, Black Fleet, Lanterns, Isle of Skye, Abracada quoi, Agent Trouble, Focus, Qui Paire Gagne, et de quelques petits jeux de cartes, Triout, Parade et Dao (ces deux derniers étant assez proches). Eric Hanuise venait peut-être à Etourvy avec l’intention de faire jouer Argo, mais il a eu la malchance de tomber sur ma boite de King’s Forge, un jeu qu’il adore mais qui est à peu près introuvable, et l’a donc fait tourner tout le week-end – moi, je n’y ai toujours pas joué. Ne pas confondre avec Dice Forge, le joli proto de Libellud, qui tournait pas mal aussi.
Sur la grande table qui, il y a quelques années, supportait les vastes paysages d’Heroscape, de riches insensés avaient installé un Cthulhu Wars avec toutes les extensions, sans doute le jeu le plus impressionnant sur les photos. Et puis, il y a eu les classiques des ludopathiques, auxquels je joue tous les ans, les incontournables Situation 4 et Clusterfuck.

Blood Rage

Ça, c’est ce que j’ai vu, mais il y avait tellement de monde et de jeux que j’imagine que d’autres joueurs ont vu autre chose. En effet, nous étions nombreux – cent vingt personnes environ le samedi – et certains, surtout les plus jeunes, bougeaient sans cesse. Nous avons clairement atteint la capacité limite du domaine. Le temps splendide nous a permis de pas mal nous étaler dans la cour et sur la pelouse, mais je ne sais pas bien comment nous aurions fait si, comme l’an dernier, il avait plu. L’absence de quelques habitués, partis pour Tokyo ou retenus en Suisse ou ailleurs, avait permis d’inviter de nouvelles têtes et de rajeunir un peu le public des ludopathiques, ce qui a été très apprécié. Le problème, c’est que si les habitués veulent revenir en 2017, il va falloir trouver des lits et des places à table pour tout le monde….. Bon, j’ai encore quelques mois pour réfléchir au problème.

Enfin bon, il fait beau, ce qui nous a permis de nous promener alentour, de jouer au Mollky ou à Photo Party, mais je ne vais pas m’attarder sur le sujet, les photos seront plus parlantes que mes mots.

À l’année prochaine.


Etourvy

It’s been almost a week since I went back from the ludopathic gathering with a truckload of games, exhausted and vaguely ill. I have not yet completely recovered from these crazy four days – five days for me since I was in Etourvy on Tuesday. I’ve had a few long nights of sleep, I’ve put back on their shelves a few thousand game, many of which will stay there until next year. I’ve posted the pictures taken by the attendees on Facebook, and now I must write traditional short report.

Let’s start with the publishers acknowledgements, which are required if I want them to come back or to send more games next year. Thanks to the publisher who personally attended the gathering (Blue Orange, Gigamic (which I had been trying to lure in Etourvy for fifteen years), Iello, Tasty Minstrel Games, Days of Wonder, Letheia, FunForge, Matagot, Superlude, Portal, Libellud, Lui-Même, Sweet November, Horrible Games, Flatlined Games, MESABoardgames, Passport Game Studios, Purple Brain) and to those who sent parcels with games for the prize table (In Ludo Veritas, Edge, Blackrock, Matagot, Ravensburger, Abacus, Steve Jackson Games, White Goblin, FFG, Space Cowboys, Jolly Thinkers, Repos Prod, Gameworks , Tasty Minstrel, Philibert). I don’t know who sent the biggest parcel, but I know the one coming from farthest away was CS-Files, aka Deception, aka Murder in Hong Kong, sent by a Chinese publisher, Jolly Thinkers. It was played a lot.

Because there were many publishers, there were also many game designers – or may be it’s the reverse – and prototypes were played as much as published games. Ignacy Trzewiczek had installed his first martians on a table and they didn’t leave it for the whole week-end. Bruno Cathala was moving a bit, but was often playing the same game as last year, only less Egyptian and more green. The dramatic impact of Cthulhu becoming public domain could also be witnessed here and there. I mistook a few of Arve’s nicely produced prototypes for published games, and even if I saw only a few rounds, I’m impatiently waiting for his small Samurai card game. Better stop here, because if I try to list all game designers, I will necessarily anger the ones I will forget – anyway, you can check all of them on the pictures below.

Like every other game designer, I had brought some prototypes, but I didn’t find the time and opportunity to get them played and shown to publishers. There were a few games of Dolorès and Chawai, both of which ought to be published later this year, but without me. Well, at least I manage to play a game and confirm a deal with Benoit Forget, of Purple Brain. The ludopathic gathering are more and more a place for business, which is certainly not a bad thing, but being always busy with organizing, I end up being the designer with the fewest business opportunities. There’s something wrong….

Potion Explosion

Unsurprisingly, this year’s big hit was the new Taboo, Vlaada Chvatil’s Codenames. It was played in French with the brand new boxes brought by the Iello team, but it was also played in English, played with the cards from Hall of Fame, an Italian game about celebrities, played with the cards from « Finger in the Pussy », a prototype by Martin Vidberg, played with the white cards from Cards against Humanity, and even played with actual game boxes. We planned about playing it with 25 people instead of cards, but it didn’t work out.

The two other big hits, the games that are on all the pictures, were Shotaro Nakashima’s game of moving pictures, Imagine, and an Italian game about Harry Potter playing Candy Crush, Potion Explosion. Lorenzo Silva, one of the designers of Potion Explosion, had made the trip from Milan. Since I’ve not played the game yet, I cannot tell much about it, but the educated crowd of the ludopathic gathering has rarely been wrong when praising a new game.

Photo Party

As for outdoors zany party games, the most popular this year was the new Photo Party prototype by Laurent Escoffier. Photo Party is now a team game, and the results – you can see some of them in the pictures album below – were surprising, especially when, on Saturday afternoon, we played with three teams of ten players. For more pictures, look on facebook, and for rules or for discussing a publishing contract, since the game is looking for a publisher, contact Laurent.
I had planned to play a live action Hungry Hippos, with hippos lying on skateboards and using plastic basins to capture swimming pool balls, but it didn’t work very well and we recycled the colored balls for other improvised outdoor games – including Photo Party. We also played two games of blind Brouhaha, one with animal noises and one with musical tunes, but surprisingly I have no picture of them.

Kheops

I successfully managed to push Kheops, whose first boxes had been delivered just on time for the gathering. this strategic and chaotic game (after all, it’s by Serge Laget and me) was much played. I also witnessed many games of Mission: Red Planet, Blood Rage, Black Fleet, Lanterns, Isle of Skye, Abraca…what?, Spyfall, Focus (a new party game by Mathilde Spriet, not available in English yet), Pluckin’ Pairs (just published in French), and a few light card games, Triout, Parade and Dao – the latter two being quite similar. Eric Hanuise had come to Etourvy with the clear intent to play Argo, but unfortunately he stumbled on my copy of King’s Forge, a game he likes a lot but which is impossible to get in Europe, so he spent much of his time teaching it – and I’ve yet to play it. There was some confusion at times between King’s Forge and Dice Forge, a nice looking prototype which was brought, I think, by Libellud.

On the big oval table which, a few years ago, used to support large Heroscape landscapes, some rich mad guys had installed a Cthulhu Wars set, with all the expansions. The pictures are impressive. I also played two games which have become classics at my gathering, Situation 4 and Clusterfuck.

Cthulhu Wars

This is what I’ve seen, but there were two main halls, and so many peopleand games that other attendees may have seen other stuff. We were more than a hundred people on Saturday, and some of us, especially the youngest ones, were perpetually moving around. We have clearly reached the maximum capacity of the place at Etourvy. Thanks to a gorgeous weather, we could spread to the courtyard and the lawn, but I don’t know how we could have managed with a rainy weather like last year. Many regulars were missing, some of them because they were at the Tokyo Games Market. This made room for new people, but if the regulars come back next yea, I’ll have troubles finding beds for everybody. Well, I’ve a few months now to think on the problem.

Anyway, the weather was good, which allowed some of us to walk around, to play Mollky and Photo Party, etc…. But pictures tell more about this than words.

See you next year.


Ignacy Trzewiczek’s video report

Rencontres ludopathiques 2015
2015 Ludopathic gathering

11187219_10206554092030500_8175950546893530664_o

Les rencontres ludopathiques ont été, cette année, pluvieuses et même parfois boueuses. La pluie est tombée presque sans interruption du jeudi au dimanche, et je suis assez content d’avoir réussi à profiter de la petite heure de très relative éclaircie, dans la journée de samedi, pour organiser malgré tout un unique petit jeu en extérieur, version légèrement plus subtile du brouhaha en aveugle de l’an dernier.

Malgré la météo déprimante, tout le monde était content, gentil, souriant…. Et ce fut donc un superbe week-end, convivial, marrant, décontracté – même si cela n’apparaît pas nécessairement sur des photos aux couleurs moins vives qu’à l’habitude.

Merci donc à tous les vieux amis qui étaient présents – avec un mot spécial pour Cyrille revenu de Californie pour l’occasion. Merci à tous les auteurs de jeux, dont certains aussi, Sergio et Eric, venaient des deux Amériques. Merci à tous les éditeurs qui avaient fait le déplacement jusqu’à ce milieu de nulle part qu’est Etourvy (Repos prod, Days of Wonder, Argentum, Ravensburger, Gameworks, Ludonaute, Superlude, Iello, Funforge, Asmodée, Space Cowboys, Lui-même, Matagot, Passport Games, Gryphon Games, Hans im Glueck) et à ceux qui nous avaient envoyé quelques jeux pour la table de prix (Fantasy Flight Games, Philibert, Edge, Sweet November, Blackrock, Gigamic, Zoch ) – et je suis sûr que j’en oublie. Un double merci à Repos Production, puisqu’ils avaient oublié qu’ils avaient envoyé des lots et ont donc ramené une deuxième fournée.

Merci aussi à toute l’équipe du foyer rural d’Etourvy qui nous a supporté quatre jours. De tous les groupes qu’ils reçoivent au long de l’année, nous sommes le plus nombreux et sans doute le plus bruyant et celui qui boit le plus de bière. Nous étions 101 samedi, si j’ai bien compté, dont une dizaine d’enfants et un chien qui courait dans tous les sens. Il est d’ailleurs assez étonnant que personne n’ait été piétiné.

DSC_0079

Comme d’habitude, j’avais amené un ou deux milliers de jeux dont la plupart n’ont pas été ouverts, et il s’est trouvé des gens pour réclamer des jeux qui n’étaient pas là, ou qui étaient cachés tout en bas d’une pile.

Parmi les nouveautés très appréciées, il faut citer Cacao, Quartermaster General, Qui Paire Gagne, Monster Propre, Héros à Louer, Welcome to the Dungeon et, bien sûr, Pie Face, version chantilly de la roulette russe, qui fut incontestablement le jeu du week-end. L’autre grand succès fut Déconnaissances, un truc bien débile venu directement des années quatre-vingt et exhumé par Hervé Marly, mais qui demande une forme d’humour qui m’est totalement étrangère.

Peut-être est-ce la pluie, qui nous obligeait à rester à l’intérieur et un peu serrés les uns contre les autres qui explique la popularité cette année des jeux aux thèmes un peu lestes, ou peut-être sommes nous juste un peu en avance sur les tendances à venir du marché du jeu. Le jeu de mime sur le kamasutra a été un succès, mais certains joueurs ont demandé à ce que les videos ne soient pas publiées. À table, la boite de Schlongo tournait en permanence, et, après un test de Un Doigt dans la Chatte, subtil prototype de Martin Vidberg, j’ai enfin réussi à gagner une partie de Clusterfuck en participant à un plan à trois non repéré.

Pas encore édités, mais déjà présentés sous une forme presque définitive, Time Stories, City Mania et Mysterium ont tourné sans discontinuer. On s’était promis avec l’autre Bruno de faire une partie de Raptor sur le prototype presque définitif, mais on n’a pas trouvé le temps.

2015-05-01 17.59.43

Très pris par l’organisation, je n’ai d’ailleurs pas vraiment eu l’occasion de faire tourner mes prototypes encore en développement, ou de présenter les plus aboutis aux éditeurs. Les autres auteurs, eux, ne perdaient pas leur temps – il va falloir que je revoie quelque chose à l’organisation des ludopathiques.

Les rencontres ont quand même permis à tous les acteurs de l’aventure très internationale de l’entrepôt 51 de se rencontrer. Il y avait là deux des trois auteurs, un brésilien et un français, l’éditeur français et l’éditeur américain. Warehouse 51, dont la parution a été annoncée durant le week-end. Doria avait apporté une maquette avec les illustrations définitives, avec laquelle j’ai eu un grand plaisir à jouer.

Côté prototypes en cours de développement, le plus impressionnant était un machin de Bruno et Ludo (et peut-être Serge ou Antoine, je ne suis plus très sûr) avec moult chevaliers et dragons. Le plus joué et le plus apprécié me semble avoir été un gros jeu de Bruno Cathala avec des égyptiens qui construisent des monuments – un thème pas vraiment novateur, mais il paraît que c’est vraiment très, très bien – et sans doute un peu prise de tête. Rémy Lee avait aussi un jeu de rapidité assez malin qui devrait facilement trouver un éditeur – à moins que ce ne se soit déjà fait au cour du week-end.

Il y en avait bien d’autres, mais beaucoup d’auteurs réalisent aujourd’hui leurs prototypes avec tant de soin que, quand je vois truc inconnu sur une photo, je ne sais souvent pas si c’était un projet ultra secret ou une nouveauté confidentielle venue d’un est proche ou lointain. Il n’y a plus guère que mes prototypes, et ceux de l’autre Bruno, qui aient encore un air artisanal.

Je sais, ce compte rendu est bien bref. Je ne parle pas des jetons, du spectacle, des andouillettes… J’ai du travail en retard, des protos à mettre à jour, d’autres trucs à écrire pour ce site, et je vais devoir en rester là.

À l’année prochaine.


11164825_10155510744910581_3415059573460687806_n

 This year’s ludopathic gathering was rainy, and sometimes even muddy. From Thursday to Sunday, rain rarely stopped for more than a few minutes. I’m quite glad I managed to take advantage of one of the few sunny spells, on Saturday afternoon, to hold a short outside party game – an improved version of last year’s blind brouhaha.

Despite the depressing weather, everyone was smiling, kind, friendly, and we all had a great time, even when it’s not that obvious from the pictures, far less bright and sunny than they were last years.

A hearty thanks to my old friends, especially Cyrille who went all the way from California. Thanks to the many game designers, two of which – Sergio and Eric – also made the trip from the Americas. Thanks to all the publishers who went to Etourvy, right in the middle of nowhere (France) – Repos prod, Days of Wonder, Argentum, Ravensburger, Gameworks, Ludonaute, Superlude, Iello, Funforge, Asmodée, Space Cowboys, Lui-même, Matagot, Passport Games, Gryphon Games, Hans im Glück – and to those who had sent games for the prize table – Fantasy Flight Games, Philibert, Edge, Sweet November, Blackrock, Gigamic, Zoch – and I’m sure I forget one or two. Well, special thanks to Repos who forgot they had sent two parcels of games and so arrived with two more.

IMG_0664

Thanks to the whole local team at Etourvy. We are the largest group they receive every year, and probably also the noisiest one and the one which drinks the most beer. We were 101 and Saturday, if my count is right, including a several children and a puppy dog who ran randomly in every directions. I’m surprised no one got trampled.

Like every year, I had brought one or two thousand games, most of which were not opened, and a few gamers nevertheless managed to ask for games that were not there, or that were hidden at the bottom of a pile.

Among the new games, most played and praised were Cocoa, Quartermaster General, Pluckin’ Pairs, Monster Laundry, Seventh Hero, Welcome to the Dungeon and, most of all, Pie Face, a kind of Russian Roulette with whipped cream. The other big hit was a stupid French game from the eighties based on terrible puns that even some French guys – including me – could not understand – anyway, it was fun.

Due to the rain, we stayed most of the time indoors, and were a little tight, which might explain why there were so many games with lewd themes. Or may be we’re just ahead of the next trend in board and card games. Anyway, the Kamasutra party game was a hit, but some players asked me not to publish the videos. During lunch, lots of people were playing Schlongo. I playtested Martin Vidberg’s subtle word game prototype “a finger in the pussy”, and finally managed to win a game of clusterfuck with an unnoticed threesome.

A few publishers had brought near final prototypes of games soon to be published. Time Stories, City Mania and Mysterium were played again and again. The other Bruno and I had planned to play a game of Raptor with the final rules, but we did not find the time for it.

Mysterium

I was very busy planning and checking everything, and didn’t find enough time to play all my prototypes still in development, or to show the most advanced ones to publishers. Meanwhile, all the other designers were busy talking business, so may be I have to change something to the organization of the gathering…

At least, the ludopathic gathering allowed for a meeting between all those involved in Warehouse 51, which was also announced during the week-end. Two of the three designers, a Brazilian and a French, were there, as well as the French and US publishers. Doria had even brought a prototype with the gorgeous final illustrations, and I had a blast playing with it.

2015-05-01 17.13.13

The most impressive designer prototype was a massive game with knights and dragons by Bruno and Ludo (and may be Serge and/or Antoine as well, who knows). The most played was probably a boardgame by Bruno Cathala with Egyptians building buildings (sounds strange – can you say this?). It’s obviously not a very original setting, but everybody said the game was great, if a bit of a brainburner, like most of Bruno’s offerings. Rémy Lee had a clever folding dexterity game which will certainly find a publisher very soon, if it didn’t already during the week-end.
There were many more, but most designers now make gorgeous prototypes and, when I see an unknown game on a picture, I don’t know if it’s a scret project or just some confidential new game coming for the east or the far east.

It’s a short report, with nothing about tokens, performance, tripe sausage and other critical issues. I have to catch up on work, to update some prototypes, and to write other stuff for this blog, so that’s all folks. See you next year.

Rencontres Ludopathiques 2014
2014 Ludopathic Gathering

P1210676

La semaine dernière se déroulaient, à Etourvy, petit village de Champagne, les rencontres ludopathiques, dont c’était, je crois, le vingtième épisode. Ce qui n’était à l’origine qu’un week-end entre amis est peu à peu devenu aussi ma petite convention ludique privée voire – c’est l’autre Bruno qui le dit – pour quelques jours, le centre du petit monde ludique. On parle un peu business, les auteurs essaient de montrer leurs jeux aux éditeurs, les éditeurs de trouver la perle rare, mais la plupart des habitués sont simplement de vieux amis et l’ambiance reste avant tout décontractée – casual diraient les américains. J’aimerais réussir encore à conserver aussi longtemps possible cet équilibre bon enfant entre le professionnel et l’amical.

J’ai longtemps écrit des comptes rendus détaillés mais, comme l’an dernier, celui de cette année sera assez succinct, tant il est difficile de rendre l’ambiance d’un tel événement par un texte. Un coup d’œil aux galeries d’images avec des gens qui jouent, des gens qui rient, des gens qui courent donnera sans doute le meilleur résumé de ce long week-end.

Bien sûr, c’est épuisant, et je rentre un peu lessivé mais, comme chaque année, avec pas mal de chouettes souvenirs – et je prends sans doute un certain plaisir à être, pour quelques jours, la vedette et le maître des événements. Même si je passe une bonne partie du week-end à courir dans toutes les directions, j’ai quand même pu jouer un peu, discuter avec des amis que, pour certains, je ne vois plus guère qu’à cette occasion, et discuter ici et là de tout et de rien. Seul petit problème, le budget, que j’avais mal calculé cette année – l’an prochain, il faudra que je demande une dizaine d’euros en plus à chaque participant… Mais bon, rien de grave !

IMG_9757dxo

Le premier jour, ce sont mes jeux qui ont été les plus joués, notamment Formula E, dont je venais de recevoir quelques premières boites, qui a été très apprécié. J’avais également quelques prototypes dont un, un petit jeu de cartes assez méchant conçu avec Eric M. Lang, qui après avoir été beaucoup joué les premiers jours a trouvé un éditeur. Un autre de mes projets, encore à l’état d’ébauche a beaucoup fait rire – vous le reconnaitrez aisément sur les photos, c’est le jeu où les joueurs ont un bandeau tantôt sur la bouche, tantôt sur les yeux.

2014-04-18 17.11.22-2

Je ne peux pas faire une liste de tous les prototypes joués pendant ce week-end, et certains auteurs préfèrent sans doute que l’on reste discret, mais j’en citerai quand même quelques uns. Bruno Cathala était bien chargé en boîtes de jeu, mais il a surtout fait tourner Five Tribes, installé à demeure sur une des tables de la salle du haut – ce jeu sort bientôt chez Days of Wonder, et dont j’ai enfin pu faire une partie. C’est un jeu très tactique, assez calculatoire, aux mécanismes extrêmement originaux, sans doute l’une des meilleures créations du Bruno des montagnes – j’ai quand même une pensée pour les nombreux exemplaires de Sacré Chameau qui ont dû être sacrifiés pour réaliser les prototypes, parce que Sacré Chameau, c’est aussi un sacré bon jeu. Time Stories, le jeu de cartes – jeu de rôles jamais terminé de Manuel Rozoy, à paraître chez les cow-boys de l’espace, a encore été testé et raffiné. Hervé Marly faisait rire tout le monde avec Il est interdit d’interdire. Rémy-Lee, qui semble bien être le nouveau Roberto Fraga, avait amené quelques jeux particulièrement loufoques, qui se jouent avec des miroirs ou des flacons de ketchup – on attend tous avec impatience ses premières sorties chez Haba.

IMG_9792dxo

Deux éditeurs, Rick Soued et Rob Merickel, avaient fait le voyage depuis les États-Unis. Le premier a expliqué a des joueurs enthousiastes Francis Drake, l’un des quelques jeux monstres joués sur le week-end, mais a surtout beaucoup fait tourner le prototype de Cubist, un jeu d’Alf Seegert, et j’espère que nous l’avons convaincu que ce n’était pas un jeu sur l’art moderne mais un jeu de science-fiction – à voir. Le second a plumé tous les frenchies au poker, et a pu faire tourner un peu le prototype du jeu d’enchères que j’ai fait avec André Zatz et Sergio Halaban, et qui devrait sortir d’ici quelques mois – nom de code pour l’instant, Warehouse 51. L’extension de Mascarade a également un peu tourné, et on a même trouvé une excellente idée pour un nouveau personnage. Quant à Mission Planète Rouge, Bruno et moi avons enfin pu discuter et parfois valider ensemble les nombreuses modifications que nous sommes en train d’effectuer.

2014-04-20 12.23.15

Je sais, je parle surtout de mes prototypes, mais la raison est simple – des autres, je n’ai que quelques photos, et des photos qui ne disent généralement pas grand chose, ni thème, ni mécanisme, ni auteur – à l’exception des jeux de Rémy-Lee, que l’on reconnait aisément.

2014-04-20 17.40.00

Du côté des nouveautés à peine publiées ou qui vont bientôt sortir, le grand succès du week-end fut incontestablement un jeu ukrainien dont nous n’avions qu’une boite en polonais – mais on est des professionnels, quand même. Ce jeu d’enquête coopératif étonnant, magnifiquement illustré, set un peu un Dixit pour gros joueurs. Il fut joué tout le week-end – avec le plus souvent Maeva dans le difficile rôle du fantôme. Ont été aussi beaucoup appréciés Formula E, Pathfinder, Clusterfuck, Loony Quest, Nosferatu, Gravwell, Mystères, La Nuit du Grand Poulpe, Crazy Time. Certains ont détesté Shinobi Wat-Aah, pour moi c’est une des découvertes du week-end, et je suis convaincu que ceux qui le pensent incontrôlable ont tort; d’ailleurs, j’ai largement gagné. C’est un peu le contraire pour Splendor, que je n’apprécie guère mais qui a eu un beau succès. Animal Suspect sort en juillet, mais j’avais reçu une boite de préproduction, sans gobelet – elle a beaucoup tourné aussi.

2014-04-20 19.07.51

Côté retrogaming, les deux auteurs d’Armada se sont retrouvés autour d’une partie, remportée je crois par Philippe. J’ai repéré aussi quelques parties de Fallen Lands, un jeu dont je dois être l’unique possesseur en France et auquel quelques enthousiastes rejouent chaque année. Et puis, sur les photos, je vois les excellents Morgenland ou Samurai, et des trucs rigolos comme Situation 4.

web-IMG_3871

Il n’a presque pas plu, mais il faisait frais et nuageux, ce qui ne favorisait guère les ballades dans les bois et les jeux en extérieur. J’ai profité de ce que j’avais besoin de bandeaux pour un de mes prototype pour en commander suffisamment pour organiser un brouhaha les yeux bandés – ça m’a eu l’air beaucoup plus drôle que dans la version classique, mais je ne peux pas vraiment juger, n’ayant pas moi-même porté de bandeau. Comme chaque année, il y a eu du Battletag, une partie de jour et une de nuit dont je n’ai pas de photos. Manu a aussi animé quelques séances de Two Rooms and a Boom.

Voila, c’est tout – un grand merci à tous les participants, à l’équipe du Domaine Saint-Georges à Etourvy, et aux éditeurs listés ci-dessous qui ont contribué à ce week-end en envoyant des jeux ou en faisant le déplacement – j’espère que je n’oublie personne.

Abacus, AEG, Asmodée, Days of Wonder, Eagle Games, Fantasy Flight GAmes, Flatlined Games, FunForge, Gameworks, Gigamic, Grosso Modo, Gryphon, Horrible Games, Iello, In Ludo Veritas, Letheia, Libellud, Ludicreations, Lui-même, Matagot, Passport Games, Schmidt, Space Cowboys, Steffen Spiele , Superlude, White Goblin, Zoch


10274092_777358805638017_1073760503042788804_n

Last week, the Ludopathic Gathering took place in Etourvy, a small village in the Champagne countryside. I think it was the twentieth time or so. What was originally a gaming week-end with friends has also become my very own small private gaming convention. There’s some business talk, authors show their games to publishers, publishers look for some interesting new games, but it’s still mostly casual gaming between cool and friendly people   week-end dernier . I’d like to keep this balance between the friendly and the professional aspect.

I used to write long reports but, like last year, this one will be short, because it’s difficult to report the mood of such an event in a text. A look at the many pictures of people playing, laughing, talking and running is probably the best report.

Of course, I’m worn out but, like every year, I come back with nice memories – and I enjoy being at the center of everything for a while. Even when I spent a good deal of these three days running in every directions, I found opportunities to play some games, and to talk with friends, including a few ones I now see mostly on this occasion. The only small issue this year is the budget, which i hadn’t reckoned accurately – next year, I’ll probably charge each attendee a dozen euros more – anyway, nothing serious.

IMG_9815dxo

On the first day, the most played games were clearly mine, and notably Formula E, of which I have received a few advance copies. I also had a brand new prototype, a light and nasty card game designed with Eric M. Lang, which was played so intensely that a publisher decided to take it. Another one of my prototypes made for some good laughs – you can easily sport it on the pictures, it’s the one with players having a blindfold sometimes on their mouth, sometimes on their eyes.

2014-04-19 11.08.50

I cannot make a full list of the prototypes played this week-end, and some authors probably prefer some secrecy, but I’ll nevertheless list a few ones. Bruno Cathala had a bunch of game boxes, but he concentrated on Five Tribes, which occupied a table on the upper room for the whole gathering. Five Tribes, which will be published by Days of Wonder, and I finally managed to play it. It’s highly tactical, very dynamic, sometimes a bit of a brain burner, with very original game systems, and it’s probably one of the best games by the mountain Bruno. I nevertheless have a sad thought for the many copies of the great Blazing Camels that were cannibalized into the prototypes. Time Stories, the board-role playing game designed by Samuel Rozoy was once more play tested and fine tuned. Hervé Marly had one more stupid party game, Forbidden to Forbid. Rémy-Lee, who seems to be the new Roberto Fraga, had brought some zany games played with mirrors or with ketchup and mustard bottles – I’m waiting for his first games with Haba.

2014-04-20 17.46.26

Two US publishers, Rick Soued and Rob Merickel, had made the trip. The former played a long game of Francis Drake with enthusiastic players, but mostly demoed Alf Seegert’s Cubist, which he wants to publish – and I think everybody here tried to explain him that science-fiction would make a better and more fitting theme than Modern Art – I hope we convinced him. The latter played the auction game I have designed with André Zatz and Sergio Halaban – code name Warehouse 51 – that he will publish next year, and crushed the frenchies at poker. I played a few games of the Mascarade expansion, and we even added a new fun and highly chaotic character. I played Mission Red Planet with the other Bruno, we validated some changes and discussed a few more.  You might think I’m writing mostly about my own prototypes – that’s true, but one of the reasons is that I have only pictures of other designers’ ones, and usually pictures that don’t say anything about theme, mechanism or author – the only games easy to attribute are Rémy Lee’s ones.

Tajemnice Domostwo

Of course, we didn’t play only prototypes. The major hit of the week-end was nevertheless almost as mysterious – an Ukrainian game of which we only had a Polish copy. Anyway, we’re pros, we can manage. This strange and gorgeously illustrated cooperative whodunnit game feels a bit like the hardcore gamer’s Dixit. It was played all over the week-end, often with Maeva as the ghost, a difficult role. There were also regular plays of Formula E, Pathfinder, Clusterfuck, Loony Quest, Nosferatu, Gravwell, Mystères, La Nuit du Grand Poulpe, Crazy Time. Some players disliked Shinobi Wat-Aah, but it was one of my favorite new games; Those who say it’s uncontrollable are wrong, and the best token of it is that I won. It’s the reverse for Splendor – I don’t really care for it, but it was intensely played and most like it. Animal Suspect is not out yet, but I had a preprod copy which was also much played.

2014-04-19 18.41.56-1

There was also some retrogaming. The authors of Armada, French 1986 game of the year, played their first game for quite long – I think Philippe won. I’ve spotted a few games of Andrei Burago’s Fallen Lands, a game which is played every year by a few fans. I also notice on the pictures games of Morgenland or Samurai, and a few fun things like Situation 4.

web-IMG_3815

It didn’t rain, but it was cold and cloudy, not the best for walking through the woods and playing outdoor games. Anyway, since I needed a few blindfolds for one of prototypes, I had ordered a hundred more to play blindfolded Brouhaha, and it was really a blast. Like every year, there were a few games of Battle Tag next to the river, including one in the night – but I don’t have any picture of it. Manu also mastered a few fun sessions of Two Rooms and a Boom.

1538890_777359575637940_1948187217690501703_n

That’s all folks. Many thanks to all the attendants, to the Domaine Saint Georges team in Etourvy, and to all the publishers who joined us or send us games – see the list below. I hope I don’t forget anyone.

Abacus, AEG, Asmodée, Days of Wonder, Eagle Games, Fantasy Flight GAmes, Flatlined Games, FunForge, Gameworks, Gigamic, Grosso Modo, Gryphon, Horrible Games, Iello, In Ludo Veritas, Letheia, Libellud, Ludicreations, Lui-même, Matagot, Passport Games, Schmidt, Space Cowboys, Steffen Spiele , Superlude, White Goblin, Zoch

 

 

Turtle Wushu – l’art martial des tortues
Turtle Wushu – Turtles martial art

Je ne suis pas sportif. Les sports, et notamment les sports d’équipe,  sont des jeux, mais des jeux qui demandent trop de force physique et, surtout, qui tournent trop aisément à la compétition, où le plus important devient rapidement non de chercher à gagner en s’amusant, mais de savoir qui est le meilleur. C’est aussi le cas, souvent, de jeux de stratégie, comme les échecs. Bon, mon argumentaire est peut-être un peu hypocrite, et je serais peut-être plus sportif si j’étais plus costaud, mais je n’en suis pas certain.

En revanche, j’aime bien les jeux d’extérieur qui s’apparentent quelque peu aux sports mais peuvent difficilement être pris au sérieux, et j’essaie chaque année d’en découvrir un nouveau pour le faire découvrir lors des rencontres ludopathiques. Cette année, ce fut Turtle Wushu – hybride anglo-chinois signifiant l’art martial des tortues – une invention un peu loufoque d’un gang d’allemands bien allumés, que je ne connais pas mais dont je suis avec beaucoup de curiosité les délires urbains sur internet, Invisible Playground.

Le principe est assez simple. Chaque joueur pose une tortue en plastique sur le dessus de sa main droite et le but est, en utilisant sa main gauche, de faire tomber la tortue de l’adversaire. À Étourvy, nous avons joué par équipes, trois ou quatre équipes d’une douzaine de joueurs selon les parties, avec des jetons de poker de couleur différente pour chaque équipe. Le résultat était très amusant et, surtout, très photogénique. Les positions des joueurs, entre danse ninja et attaque de zombie, sont en effet assez étonnantes. Fort heureusement, puisque j’étais l’arbitre, je ne suis pas sur les photos….

Un article de Mops présentant Turtle Wushu sur Tric Trac – il a fait très fort, il a découvert le jeu aux ludopathiques, mais m’a largement pris de vitesse pour en causer sur le web!

12342_0

I’m not a sportsman. Sports, and especially team sports, are games. Unlike other games, however, they require a strong physical strength, which I have not. My main issue with sports, however, is that they tend to become too competitive – meaning that they are not just about the fun and challenge of trying to win, but about being the winner. Well, may be I would enjoy sports more if I were stronger, but I’m not sure. 

On the other hand, I enjoy playing outdoor games which look a bit like sports, but cannot be taken too seriously. Every year, I try to discover a new one and to have all the attendees at the ludopathic gathering play it. This year, it was Turtle Wushu – Wushu is the Chinese generic word for martial arts – a zany game created by a German urban group games designers, Invisible Playground. I’ve never met them, but I follow their frenzic and poetic designs on the web for a few months.

The basic idea is quite simple. Each player has a plastic turtle on the top of his hand, and the goal is to have the other players’ turtle fall while keeping one’s safe. We played with three or four teams of a dozen players, using poker chips in different colors for the different teams. It was incredibly fun, and terribly photogenic. The players’ positions and movements, between ninja and zombie, are very surprising. Luckily, since I was the referee and organizer, I’m not on the pictures.

Turtle Wushu on Ludocity

Rencontres ludopathiques 2013
2013 Ludopathic Gathering

306152_252341441530845_1168001769_n

Je ne sais pas trop comment rédiger un compte rendu des rencontres ludopathiques, le week-end dernier à Étourvy, qui ne soit pas une simple répétition de ceux des années précédentes. Comme chaque année, tout le monde s’est beaucoup amusé, ce qui était l’objectif principal, et certains ont un peu causé business, ce qui était un objectif annexe. Ceux qui voulaient jouer à des jeux idiots ont pu fouiller dans des sacs en tissu, lancer des dés obscènes, faire exploser des ballons de baudruche et mimer des chauve-souris perverses et des poules affamées. Ceux qui préféraient conquérir la galaxie, gérer des réseaux ferrés, traquer Jack l’éventreur ou pratiquer la terraformation à outrance n’ont pas été en reste non plus. Bref, il y en a eu pour tous les goûts, même si l’on aurait aimé un peu plus de soleil pour les assiettes picardes, le battletag et le turtle wushu. Tout cela n’empêchait ni les uns, ni les autres, de parler un peu affaires, et j’ai même signé un contrat sur place; l’autre Bruno m’a battu, il en a signé deux. Une auteur de jeux plus romantique opta pour une promenade matinale dans les bois, se perdit et revint deux heures plus tard, en ayant vu quelques biches.

59625_10151625799349884_1119167927_n

Passant entre les tables, il m’a parfois semblé voir plus de prototypes plus ou moins aboutis, que de jeux joliment édités, au point que je me demande s’il est encore utile que j’apporte des boites de jeux aux ludopathiques. J’en apporterai de toute façon moins, puisque j’en ai bien moins, ayant distribué environ la moitié de mon stock aux divers participants – je n’avais pas la place pour tout ça dans mon petit appartement parisien.

Côté nouveautés, ma découverte à moi est Le Petit Prince, de Bruno et Antoine. J’apprécie particulièrement l’humour un peu pervers qui leur a fait concevoir un jeu particulièrement méchant – pour parler poliment – à partir du plus gentillet – pour parler poliment – des livres. Mais l’essentiel est que c’est un sacré bon jeu. Ayant beaucoup fait tourner mes prototypes, et passé pas mal de temps à m’occuper de l’organisation, des gens, des lieux et des sous, je n’ai pas essayé d’autres nouveauté notable, mais j’ai entendu énormément de bien de Alles Käse, Terra Mystica, Robinson Crusoe, Kemet et quelques autres. On a aussi beaucoup joué à Boom Boom Balloon, très idiot et donc très bon, et à Schlongo, même si je ne suis pas vraiment sûr que ce soit un excellent jeu. Il s’est même trouvé des joueurs pour prendre un gobelet de poker dice et imaginer un Schlongo à l’enculette – ce qui a effectivement une certaine logique.

487970_10151625676704884_83242666_n

Côté prototypes, j’ai beaucoup fait tourner Mascarade et La Mouette Rieuse, deux jeux en cours d’édition, et avec un immense succès. On m’a beaucoup parlé d’une chauve-souris perverse, mais je ne crois pas qu’il y ait de photos. J’ai beaucoup travaillé ces derniers temps avec Anja Wrede, et nous avions de nombreux prototypes qui ont eux aussi rencontré leur petit succès, un jeu de réflexe, un jeu de mémoire, un jeu de reconnaissance tactile, avec toujours les jolis animaux qu’Anja dessine si bien – au fait, quelqu’un a un contact chez Djeco ? Mes jeux de cartes plus classiques, Jongleurs et Ménestrels et, surtout, National Museum, ont aussi été très appréciés. Pas moins de trois éditeurs m’ont demandé une maquette de ce dernier après y avoir joué, mais il faut d’abord que je fasse quelques menus réglages, car ils l’ont tous trouvé un peu long. La nouvelle version d’Argo tourne vraiment bien, l’éditeur ayant fait un boulot de développement remarquable.

15264_10201235081344550_1305192735_n

Bien sûr, je n’étais pas seul, l’un des objectifs des rencontres étant de mélanger joueurs, éditeurs et, surtout, auteurs. Il y avait donc aussi tous les prototypes des autres – je me suis beaucoup amusé à prendre plein de photos sans rien comprendre à ce qu’elles représentent. Parmi ceux dont je sais vaguement quelque chose, il y avait bien sûr le prototype révolutionnaire top secret de Manu Rozoy, auquel je n’ai toujours pas joué et donc toujours rien compris. Hervé Marly avait un truc bizarre avec un bâton et des pilules – et je ne vous raconterai pas ce que l’on fait avec le bâton. il y avait aussi de la science fiction polonaise, des ânes dans le désert, un safari délirant dans la jungle, un parc de loisirs italiens qui devrait être illustré par Marie Cardouat, le futur gros jeux de Days of Wonder dont les photos ne permettent pas de se faire la moindre idée, et sans doute plein de trucs que j’ai ratés. Il y avait même un jeu portugais expliqué en français par un allemand à partir de règles en mauvais anglais – le simple fait qu’ils soient parvenus à y jouer prouve que ça doit tenir la route.

305773_10151625670919884_1322151910_n

La grosse bêtise en extérieur du week-end était donc le tournoi de Turtle Wushu par équipe, une invention des allemands d’Invisible Playground, dont j’espère que des videos compromettantes apparaîtront bientôt sur le web. Bravo encore à Marc pour avoir plongé dans l’eau froide du canal pour récupérer un jeton de poker, montrant que le spécialiste mondial de la puberté des chimpanzés s’y connaissait également en cygnes.

525460_10151625798544884_495071608_n

Je rentre donc pour mes dernières semaines avignonnaises avec pas mal de boulot ludique – et ce n’est pas un oxymore. Il faut mettre un peu à jour les règles de score de Rumble in the Jungle. Il faut corriger Grabbit pour tenir compte du fait que dans l’imaginaire français, les ânes peuvent manger des carottes, mais les chevaux mangent de l’herbe. Il faut refaire les cartes et les règles de National Museum qui plait à tous les éditeurs mais qu’ils trouvent trop long et un peu trop chaotique, en imprimer quatre ou cinq boites. Il faut se repencher sur Argo. il faut enfin réfléchir au jeu de bluff que j’ai construit toit seul dans ma tête entre Avignon et Etourvy – working title Wanka Tanka – et à celui que nous avons imaginé avec Anja entre Etourvy et Paris – pas encore de titre. Ah, oui, il y a aussi les cours qui reprennent lundi…

Merci à tous, à l’année prochaine !

Et merci à tous les éditeurs qui étaient là, ou qui ont envoyé des jeux pour la table de prix : Zoch, Abacus, Ares, Edge, Cranio, Gigamic, Letheia, Argentum, Iello, Funforge, Matagot, Flatlined games, Asmodée, Siebenschläffer, Lui-même, Repos Prod, Libellud, Space Cowboys et je suis sûr que j’en oublie….


306152_252341441530845_1168001769_n

This report of the last ludopathic gathering, which took place last week-end in Etourvy, somewhere in the deep French countryside, will probably sound like all the reports I wrote in the former years. Like every year, we all had fun, which was the main goal of the event, and we also talked business, which was a secondary but not negligible issue. Those who were there to play stupid game could look for various stuff in large bags, roll obscene dice, explode balloons and mime horny bats and hungry crocodiles. Those who prefer serious stuff could invade the galaxy, manage railway companies, and practice terraforming. We missed the sun, which was there the day before and came back just when we were leaving, so there were few outdoor games, just some one big battletag game and some team games of turtle wushu. As for business, I signed a contract on the spot, but the other Bruno beat me and signed two. A more romantic game designer went for a short walk in the forest, got lost, met deer (wow, I just found out that deer is both singular and plural!) and came back two hours later.

310892_10151625688484884_916870090_n

Walking between game tables, I saw more prototypes, more or less finalized, than published games, and I’m starting to wonder if I still need to bring hundreds of games. Anyway, I have a few hundreds less now, since half of my collection ended on the prize table. There’s not enough room for all of it in my small Parisian flat where I will move in the next months.

The best new game I played was The Little Prince, by Bruno and Antoine. There’s some perverse humor in designing such a nasty game from such a cute and nice enough book. Anyway, it’s a great game, and that’s the main point. Since I spent some time organizing and dealing with people, places and money, I didn’t play many other new games, but I heard raving comments on Alles Käse, Terre Mystica, Robinson Crusoe, Kemet and a few more. There were many games of Boom Boom Balloon, good stupid fun, and of Schlongo – not a really good and innovative game, but that’s not the point. We even designed a liar’s dice Schlongo variant, but this was mostly to justify an obscene and untranslatable French pun.

603795_10151625672579884_974574629_n

I mostly played my own prototypes. Mascarade and Sitting Bull / Laughing Seagull, who are both going to be published, were great hits. Sorry, no picture of the horny bat. I worked a lot with German game designer Anja Wrede these last months, and we had several new prototypes which all went very well – an action and dexterity game, a memory game and the mysterious blue bag game. I also had two card games in my usual style, Jugglers and Minstrels and National Museum. The latter was a hit, since three publishers want a copy of it, but I have first to streamline it a bit, since they found it a bit too long. The new version of Space Station Argo works great – thanks to the publisher, who made most of the new developments.

63103_10151625688139884_874332933_n

Of course, I was not alone, since one of goals of this gathering is to bring together gamers, publishers and game authors. I had much fun taking pictures of mysterious prototypes with no idea what was going on. There was the much expected new revolutionary game by Manuel Rozoy, but I still haven’t played it and still don’t understand what it really is. Hervé Marly had a zany game with a wooden stick and little pills. There was Polish science fiction, donkeys in the Chinese desert, Jungle safaris, an Italian theme park to be illustrated by Marie Cardouat. There was also the next big game by Days of Wonder, and a Portuguese game whose rules were written in bad English and explained in French by a German guy – since they managed to play it, it must be quite good.

163520_10151625691849884_2014573843_n

The big outdoor game this year was Turtle Wushu, designed by the German team of Invisible Playground. I hope there will be some compromising videos of it on the web. Kudos to Marc who plunged in the canal to prevent a swan from swallowing a poker chip. He seems to know as much about swans than about chimps.

12484_10151625673759884_1168946609_n

I’m back for my last weeks in Avignon, with lots of gaming work to do – and that’s not an oxymoron. I must update the rules for Rumble in the Jungle. I must correct the rules of Grabbit because while German horses eat carrots, French ones eat only grass – luckily, our donkeys eat carrots, so the game can be saved. I must update all the cards and rules of National Museum and send four or five boxes to various publishers. I must write down the ideas I had while driving from Avignon to Etourvy for a bluffing card game – working title Wakan Tanka – and the ideas we had together with Anja when driving from Etourvy to Paris – no working title yet. And I’m supposed to get back to work next Monday.

Thanks everybody, see you next year !

And thanks to all the publishers who were there, or who sent games for the prize table : Zoch, Abacus, Ares, Edge, Cranio, Gigamic, Letheia, Argentum, Iello, Funforge, Matagot, Flatlined games, Asmodée, Siebenschläffer, Lui-même, Repos Prod, Libellud, Space Cowboys, and I certainly forgot one or two.

Rencontres ludopathiques 2012
2012 Ludopathic Gathering

C’est un peu plus tard que de coutume, pour le week-end-end de l’Ascension, qu’ont eu lieu cette année les rencontres ludopathiques. Un grand week-end, avec moins de pluie que prévu. Quatre jours de jeux, jeux d’ambiance, jeux en bois, grands classiques et nouveautés, et beaucoup de prototypes plus ou moins aboutis. De vieux amis, de nombreux auteurs de jeux, quelques éditeurs, et une douzaine de nouvelles têtes, ce qui est toujours agréable.

Un grand merci à tous, donc, et j’espère vous revoir l’an prochain. Merci aussi à tous les éditeurs qui ont amené ou envoyé des jeux pour la table des prix – Gigamic, Asmodée, Libellud, Gryphon Games, Iello, Jocade, gameworks, Days of Wonder, Steve Jackson Games, Edge, Abacus, Ravensburger, Siebenschläfer, Matagot, Ludonaute, Krok Nik Douil et sûrement quelques autres que j’ai oubliés.


Pour rappeler de bons souvenirs à ceux qui étaient là, pour faire enrager eux qui n’étaient pas là, voici le reportage de Cyberfab. Si ce sont les photos qui vous intéressent, il y en a plus encore sur ma page facebook – celles de Lydie, celles de Laurent, celles de Cyberfab, celles de Gwenaël, celles de Maud, celles de Ludo, celles d’Alain et les miennes. J’avoue avoir un peu la flemme, surtout un mois après, d’en faire une sélection… D’autant qu’entretemps, il y aussi eu les cyberludiques organisées par Fab et Mimi, et que c’était aussi très bien.

The ludopathic gathering took place this year a few weeks later than usually, in mid May. We had a great time, like every year, and may be even more than last years. We played and talked for four whole days. There were stupid party games, giant wooden games, old classics, brand new stuff, mysterious prototypes and much more. There were old friends, many game authors, several game publishers, and a dozen new faces, which is always a nice thing.

Thanks to all, and see you next year. Thanks also to all the publishers who sent games for the prize table : Gigamic, Asmodée, Libellud, Gryphon Games, Iello, Jocade, gameworks, Days of Wonder, Steve Jackson Games, Edge, Abacus, Ravensburger, Siebenschläfer, Matagot, Ludonaute, Krok Nik Douil and some others I forgot.

For all those who were there and want a short reminder, and for all those who weren’t and want to check what they missed, you can have a look at Cyberfab’s report. If you’re just looking for pics, there are many on facebook, – by Lydie, by Laurent, by Cyberfab, by Gwenaël, by Maud, by Ludo, by Alain and by me. One month after the event, I’m not really motrivated to make the usual selection – may be next year. Also, there has been Fab & Mimi’s great game week-end in the meantime, and it was also really great.