Agent Double
Double Agent

Agent Double est basé sur une idée simple : chacun connait la loyauté d’un agent à son égard, mais ignore sa loyauté envers son adversaire. Difficile dans ces conditions de savoir à qui l’on doit confier les précieux documents ultra secrets pour éviter qu’ils ne tombent par mégarde entre les mains de l’ennemi.

Comme Tomahawk, Cesar et Cléopatre ou Pecking Order, Agent Double est l’un de ces jeux où chacun des deux adversaires joue des cartes faces cachées de son côté du plateau de jeu. C’est donc un jeu de bluff mais c’est aussi, comme il fallait s’y attendre d’une collaboration entre Ludovic Maublanc et moi, un jeu extrêmement chaotique et assez incontrôlable. Vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenus…

L’histoire commence en 2004. Ludovic Maublanc était un jeune auteur débutant, et n’avait pas encore publié Cash’n’Guns, Dice Town ou Cyclades. Sur le conseil de l’autre Bruno, celui des montagnes, Ludo me contactait pour essayer de mettre la dernière main à un prototype idiot – sa spécialité – au thème stupide – une autre de ses spécialités. C’était une histoire de fous qui cherchaient à s’échapper de l’asile, avec des échelles qui glissent et des pinceaux qui tiennent mal. Après quelques manipulations, les fous sont devenus des pirates. Les joueurs étaient des capitaines de pirates cherchant à recruter un équipage dans une taverne bruyante et enfumée. La difficulté du jeu venait de ce que chacun ne connaissait qu’une partie des caractéristiques de chaque pirate, et devait donc se fier aux choix des autres pour trouver des hommes de confiance. Il y eut une version jeu d’enchère, puis une version en simultané frénétique. Je continue à penser qu’il y avait quelques bonnes idées là dedans, mais le jeu n’a pas abouti.

Là dessus, Ludo a eu l’idée de faire des pirates des agents secrets, et de notre bagarre de taverne un affrontement feutré entre deux services rivaux cherchant à retourner les agents adverses. Le thème collait parfaitement, et le passage au format deux joueurs permettait de régler assez simplement plusieurs des problèmes de notre prototype. J’introduisais là dessus quelques cartes action, et nous avions un joli petit jeu de cartes, mi bluff, mi déduction, passablement chaotique, assez rapide et très amusant à jouer.

C’était le moment où la toute neuve revue JSP avait tenté de reprendre ce qui avait fait, longtemps auparavant, le succès de Jeux & Stratégie – les jeux en encart. Nous avions le format parfait, et proposâmes donc à Olivier de publier ainsi ce petit jeu de cartes sans prétention. Une première version d’Agents Doubles parut donc dans le numéro d’octobre 2005 de Des Jeux sur un Plateau. Comme des amis qui n’avaient pas acheté JSP , ou qui voulaient ce jeu en anglais, nous demandaient parfois comment se procurer Agents Doubles, nous envisageâmes quelques temps de mettre en téléchargement gratuit sur mon site une nouvelle version du jeu.

C’était l’époque où nous venions de faire la connaissance de Pierô, qui était en train d’illustrer Mr Jack, et auquel nous demandâmes alors s’il pouvait nous faire quelques illustrations pour réaliser une maquette plus élégante que celle, assez rustique, qui était parue dans JSP. Pierô accepta, et pendant qu’il travaillait aux premières illustrations, Ludo et moi – surtout Ludo, à vrai dire – retravaillait les équilibres du jeu, modifiant quelques cartes, en ajoutant d’autres, et introduisant même un sixième agent. Voilà donc qu’après quelques semaines, nous nous retrouvions avec un jeu bien meilleur que la première version, agrémenté de superbes illustrations. Avant de le publier gratuitement sur nos sites webs, autant quand même lui faire faire le tour des éditeurs…
Il s’en fallut de peu qu’Agents Doubles ne paraisse chez Kosmos. Wolfgang Luedtke, directeur de collection chez Kosmos, apprécia en effet beaucoup ce jeu qui, par certains côté, s’apparente à l’excellent Cesar & Cléopatre, dont il est l’auteur. On peut en effet considérer Agent Double comme un « César et Cléopatre inversé ». Dans Cesar et Cléopatre, les points que rapportent les patriciens sont fixés à l’avance, et les joueurs jouent des cartes pour modifier leur influence auprès des différents personnages. Dans Agents Doubles, la loyauté des agents est fixée à l’avance, même si elle est en partie secrète, et les documents joués affectent les points que rapportera chaque agent. On y a cru assez longtemps, et quelques unes des suggestions de Wolfgang ont fait leur chemin dans la nouvelle version des Agents Doubles. Kosmos a pourtant finalement renoncé, et c’est dans une autre jolie gamme de jeux à deux, celle des éditions du Matagot, que la nouvelle version d’Agent Double, au singulier pour faire plus international, est finalement publiée.

Ludo raconte aussi cette histoire, en français, sur son blog

Agent Double
Un jeu de Bruno Faidutti et Ludovic Maublanc
Illustré par Pierô
2 joueurs – 30 minutes
Publié par Matagot (2011)
Tric Trac   Boardgamegeek


Ludo, Pierô, Bruno

Double Agent is based on a simple idea : each player knows each agent’s loyalty to him, but doesn’t know his loyalty to his opponent. In such an ambiguous situation, it’s hard to decide who you can trust with your precious top-secret documents, which must not end in ennemy hands.

Like Tomahawk, Caesar & Cleopatra or Pecking Order, Double Agent is a game in which each player plays cards face down on his side of the gameboard. It is therefore a bluffing game, but it is also, as one can expect from a collaboration between Ludovic and me, a deliberately chaotic and often uncontrollable game. You have been warned…

It all started in 2004, when Ludovic Maublanc was still a novice game designer, and had not yet published Cash’n’Guns, Dice Town or Cyclades. Following an advice from the other Bruno, Bruno Cathala, Ludo contacted me to help him finalize a zany prototype – like most of his prototypes. It was about madmen painting the asylum’s ceiling and trying to escape. After some discussions and tests, the madmen became pirates. The players were now pirate captains, trying to enlist the best crewmen in a dark, noisy and smoky tavern. What made this tricky was that each player had only partial information about the sailors in the tavern and had to rely on the other players’ choices and decisions to guess who will fit best with his crew. There was first an auction version, then a hectic simultaneous action version. I still think there were one or two good ideas there…

Then Ludo had a clever idea – change the pirates into secret agents, and our hectic tavern brawl into a much quieter battle. The new setting fitted the game idea perfectly, and changing the multiplayer game into a strictly two players one solved a lot of practical problems with our prototype. Then I added a few thematic action cards, and we had a nice little card game, half bluffing, half deduction, rather chaotic, fast paced and fun to play.

At this time, the new French boardgame magazine JSP (games on a board) was trying to publish regularly small card and boardgames. Our light and unassuming game fitted perfectly, and we submitted it to Olivier. A first version of Double Agents was therefore published in the October 2005 issue of JSP.  Some friends who hadn’t bought JSP, or who wanted the game in English, were from time to time asking how to get Double Agents, so we considered making free downloadable files for our websites.

This was also when Pierô, who was making the graphics for Ludo and Bruno’s Mr Jack, was entering our gaming circle. We asked him if he could make a few cartoons in order to make a more elegant downloadable version than the rough one which had been published in JSP. He kindly accepted but, while he was drawing the first pictures, Ludo and I – in fact, mostly Ludo – were making some changes to the game, adding new cards, changing some others, at one point even adding a sixth agent. After a few weeks, we had a game, which not only looked much nicer than the first version, but also was much better. So we decided, before publishing it on our websites, to try to find a real publisher.

Agents Doubles nearly missed being published by Kosmos. Wolfgang Luedtke, the product manager for the Kosmos two players line, liked it a lot, which is not surprising since Double Agents has some similarities with his own Caesar and Cleopatra. Double Agents is, in a way, like Caesar and Cleopatra in reverse. In Caesar and Cleopatra, players place cards to increase their influence on patrician cards, which award each a given number of victory points. In Double Agent, the influence is given, even when it is half secret, and players mostly play file cards to modify the number of victory points awarded by each spy. Kosmos kept the game for a long time, and some of Wolfgang’s suggestions made their way into the final version. Anyway, Kosmos finally resigned, but our game found a place in another cute two players line, at Matagot. Its name was slightly altered from Double Agents to Double Agent, more international..

Ludovic Maublanc tells much more about this story, but in french only, on his blog.

Double Agent
by Bruno Faidutti & Ludovic Maublanc
Art by Pierô
2 players – 30 minutes
Published by Matagot (2011)
Boardgamegeek

Lettres de Marque
Letter of Marque

Lettre de Marque est un jeu de cartes, basé entièrement sur le bluff, dans lequel chacun doit faire traverser l’océan à ses galions chargés d’or en évitant qu’ils soient attaqués par les corsaires au service de l’adversaire.

Histoire du jeu

Même si je suis devenu le spécialiste des collaborations tous azimuts, il m’arrive encore de temps à autre de faire un jeu tout seul. Beaucoup de ces créations solitaires sont cependant de petits jeux sans grande prétention, comme Corsaires.
Les petits jeux de bluff très simples, comme Toc Toc Toc! mais aussi Kakerlaken Poker, Alarm, Le Menteur, Stupide Vautour ou Vive le Roi, sont un genre souvent dénigré par les stratèges et méprisé par les auteurs. Le succès de Toc Toc Toc! qui, même s’il n’a pas des notes fantastiques sur Tric Trac, est sans doute aujourd’hui, après Citadelles, celui de mes jeux qui se vend le mieux, m’a encouragé à m’essayer de nouveau à un genre que, personnellement, j’ai toujours beaucoup apprécié.

Il y a une vingtaine d’années de cela, à l’époque de Ludodélire, je m’étais attaqué à un gros jeu de plateau, avec carte géographique pleine de petits hexagones et couverte de petits pions, dans lequel les joueurs étaient des à la fois commerçants et pirates en mer de Chine, cherchant à faire transporter de port en port leurs marchandises, et à s’emparer des cargaisons adverses. Bien évidemment, les cargaisons étaient cachées, et chacun cherchait à attirer l’attention sur ses navires les moins chargés et les mieux protégés. J’ai retrouvé récemment une boite avec un plateau de jeu et quelques pions, mais je ne me souviens plus des règles, de toute façon non abouties.
Le même principe se retrouvait, mêlé à un amusant système de météo, dans La Compagnie des Amériques, un prototype conçu il y a quelques années et aujourd’hui abandonné.

Le prototype de Corsaires aux Rencontres Ludopathiques
The Corsairs prototype at the Ludopathic gathering

C’est finalement dans sa forme la plus épurée, la plus simple, la plus évidente sans doute, que cette idée a trouvé sa pleine réalisation. Dès les premières parties, en effet, Corsaires a accroché les joueurs. Entre la toute première version et le jeu publié, les seuls changements de règles furent la valeur des trésors (de 3 à 7 et non plus de 1 à 5) et la désignation du premier joueur. L’éditeur a en revanche repensé le matériel – les jetons boulets de canon sont devenus des cartes, tandis que les cartes navires sont devenues de mignons petits bateaux en plastique. À l’usage, je ne suis pas sûr que cela soit mieux, Mais qu’importe – le jeu est fun et intéressant à jouer.

Lettres de Marque
Un jeu de Bruno Faidutti
Illustrations de David Ardila, Tim Arney-O’Neil, Brian Schomburg
3 à 6 joueurs – 20 minutes
Publié par Fantasy Flight Games (2009)
Tric Trac    Boardgamegeek


Letter of Marque is a light card game based strictly on bluff, in which each player tries to have his gold loaded galleons cross the ocean while avoiding the corsairs hired by his opponents.

History of the Game

Even when I’m now a specialist in collaborative game design, I still sometimes design one all by myself. Most of this games, however, are small, light and unassuming games, such as Corsairs.

Light and simple bluffing games, such as Knock Knock!, but also Kakerlaken Poker, Alarm, Fool!, Raj or King Me! are often bashed by hardcore gamers and despised by games designers. Knock Knock! is probably – at least in France, because the US version doesn’t sell well – my best seller after Citadels. This egged me on giving a new try to this genre, which I personally always liked and never despised.

Twenty years ago, in the times of Ludodelire, I had started working on a heavy boardgame, with a large hex map and lots of counters, in which players controlled both merchant and pirate ships in the Chinese seas, trying to carry precious goods from port to port, and to seize opponents’ cargoes. Of course, cargoes were hidden and one always tried to lure opponents in attacking the ships with the fewest cargo and the most cannons. I recently found a box with a board and some tokens, but I don’t remember the rules, which anyway never were finalized.

The same idea was also, together with a fun weather control system, in West India Company, a prototype I worked on a few years ago and have now set aside.

In the end, this idea was used again, in its most simple and obvious way, and with no other systems to disturb it, in Letter of Marque. This game which was fast designed, and there has been very few changes between the very first prototype and the published game. The treasures value were ranging from 1 to 5, now it’s 3 to 7, and a first player rule, which is critical here, has been added.

On the other hand, the publisher revamped the components. Cannons were tokens and are now cards, ships were cards and are now nice plastic miniatures. I’m not sure it was a good idea but, anyway, the game is fun and challenging to play.

Letter of Marque
A game by Bruno Faidutti
Art by David Ardila, Tim Arney-O’Neil, Brian Schomburg
3 to 6 players – 20 minutes
Published by Fantasy Flight Games (2009)
Boardgamegeek