Un week-end Moscou
A week-end in Moscow

J’étais le week-end dernier à Moscou, invité par Hobbyworld, qui publie Citadelles en Russie, à l’occasion de l’édition 2018 de Igrokon, le principal salon ludique russe. J’ai donc passé là bas trois journées bien remplies, aux côté de deux jeunes auteurs hollandais, Willem et Wouten van Strien, et chaperonné par la charmante, cultivée et très efficace Julia Klokova.

Les locaux de Hobbyworld

Le vendredi débuté très professionnellement dans les locaux de Hobbyworld. Installés dans un ancien entrepot textile, ils ne sont pas sans rappeler ceux d’Ankama, à Roubaix, même s’ils ne sont pas tout à fait aussi bien rangés. L’équipe est jeune, sympathique, diverse et j’ai été impressionné par leur professionnalisme et par leur catalogue, composé pour une grande partie de licences de jeux américains, français ou allemands, mais aussi de plus en plus de créations ou d’éditions locales, comme le montrent les principales nouveautés mises en avant à Igrokon. Outre l’édition « de luxe » de Citadelles, avec tous les nouveaux personnages, on y trouve une nouvelle version sur le thème du voyage dans le temps du toujours drôle Spyfall, d’Alexandr Ushan, et deux vrais nouveaux jeux, Sunflower Valley, un roll and write de mes deux compagnons hollandais (et que Gigamic devrait bientôt publier en français) et Architectura, un jeu de cartes de Pavel Atamanchuk – j’ai assisté à une fin de partie en anglais, et ça avait l’air très malin.
J’avais apporté quelques prototypes, privilégiant les petites boites ne prenant pas trop de place dans la valise. Deux au moins, Lifestyles et Vintage, m’ont semblé être appréciés. Si cela se passe comme l’an dernier après mon voyage en Corée, j’aurai donc peut-être bientôt un jeu dont l’éditeur princeps sera russe….


L’étang des Patriarches, avec les frères Van Strien et une partie de l’équipe de Hobby World.

Nous avons ensuite profité du temps splendide, ou du réchauffement climatique, pour faire un peu de tourisme. Après le très classique tour de la Place Rouge et du Kremlin, qui ressemblent assez aux cartes postales, j’ai, par amusement plus que par fétichisme, traîné mes comparses hollandais et une partie de l’équipe de Hobbyworld à l’Étang des Patriarches, là où débute l’action du Maître et Marguerite. C’est devenu un coin très bobo, où je n’ai croisé ni chat, ni diable.


Gostiny Dvor

Le salon Igrokon, samedi et dimanche, se déroulait à Gostiny Dvor, un large hall néoclassique situé en plein centre ville, à deux pas du Kremlin. Les visiteurs étaient nombreux mais la dimension du bâtiment fait que l’on ne s’y sentait vraiment pas à l’étroit.


 Quelques doutes sur l’efficacité des portiques de sécurité…

Le public mêlant geeks et familles, l’ambiance bon enfant, les jeux pratiqués, les costumes fantastiques, médiévaux et japonisants, rien ne m’a semblé très différent des salons ludiques auxquels j’ai participé en Europe occidentale ou aux États- Unis— si ce n’est peut-être le petit nombre d’étrangers. Je crois bien que les frères van Strien et moi-même, tous invités par Hobbyworld, étions les seuls occidentaux coté jeux de société. Il y en avait peut-être aussi quelques uns côté cosplay, l’autre moitié du salon, mais je n’en suis même pas certain.


Avec les auteurs de Sunflower Valley

De même, on ne voyait sur les stands que quelques jeux avec des règles en anglais, et derrière les stands bien peu d’anglophones pour m’expliquer les publications russes. Faute de pouvoir vraiment me faire présenter les nouveautés et créations locales, j’ai donc essayé sans grand succès de deviner leurs règles. Je me suis aussi amusé à repérer quelques jeux que j’apprécie vraiment, qui sont un peu oubliés chez nous et qui semblent être devenus des classiques en Russie – c’est le cas de Quartermaster General, qui était joué un peu partout, et de deux perles plus anciennes, Elfenland et Vive Le Roi, dont je ne crois plus qu’ils soient disponibles en France.


Quartermaster General

Il n’y a pas, ou pas encore, de carte de Russie pour les Aventuriers du Rail,. Du coup, les joueurs russes jouent sur les cartes d’Europe, des États-Unis ou de Scandinavie. De même, alors que la Russie comme puissance coloniale n’a jamais vraiment traversé les mers, les Colons de Catan se jouent aussi ici sur une île. Je ne fais guère de jeux à thème historique, mais il me semble que la rivalité anglo-russe en Asie centrale au XIXème siècle ferait un excellent thème pour un jeu de bluff à deux joueurs – ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle le “grand jeu”.

Peu nombreux, les étrangers n’en étaient que plus demandés. Moi qui n’ai vraiment jamais compris le sens et l’intérêt des autographes, je n’ai sans doute jamais signé autant de boites de Citadelles (et dans une moindre mesure de Raptor). J’ai aussi donné pas mal d’interviews à des blogueurs et journalistes russes.

Il est assez amusant d’essayer de comparer mes expériences récentes de salons russes et japonais. Le milieu du jeu japonais m’avait semblé à la fois très ouvert et assez différent de ce que je connaissais en occident. À l’inverse, le monde ludique russe semble plus isolé, mais pourtant assez similaire à celui de l’Europe occidentale ou des États-Unis. Mais bon, je parle après juste quelques jours de visite et quelques heures de discussion – et il en faudra beaucoup plus pour me faire croire au déterminisme culturel.



With my chaperone, Julia

I was last week in Moscow, invited by the Russian publisher of Citadels, Hobbyworld, to visit the main Russian game convention, Igrokon. I spent there three busy days, accompanied by two young dutch designers, Willem and Wouten van Strien, and chaperoned by the charming, cultured and terribly efficient Julia Klokova.


Hobbyworld offices

Friday started by a very professional visit of Hobbyworld’s offices. The place is a former textile warehouse and looks a bit hipstery, very much like the Ankama offices in Roubaix. The publishing and commercial team is young, nice and diverse. I was impressed by the width and richness of their catalogue, still mostly made of licences of French, german or US games, but also including more and more local designs and editions, as can be seen from the new stuff they were presenting at Igrokon. There was of course the new « big box » edition of Citadels, but also a new « time travel » version of Alexandr Ushan’s Spyfall, a favorite of mine, and two true new games, Sunflower Valley, a roll and write designed by my two dutch companions (soon to be published in the US by Ultra Pro) and Architectura, a nice looking card game by Pavel Atamanchuk – I witnessed an end game on an english language version and it looked really clever.
I bought a few prototypes, mostly small boxes which could fit in my suitcase. I think they really liked two of them, Lifestyles and Vintage. May be, like it happened last year after my Korean trip, I’l soon have a game with a princeps edition in Russian.


At Patriarchs Pond

We then enjoyed the really nice weather – or may be it was just global warming – to make some tourism. We first made the standard Red Square and Kremlin tour, which looks a lot like on postcards. Then, part fetish and part harmless fun, I dragged my dutch companions and some of the Hobbyworld team to the Patriarch’s Pond, where the action of Master and Margarita starts. It’s now a very hipster place, and there was neither cat nor devil there.


The Great Hall of Gostiny Dvor

the Igrokon convention took place on Saturday and Sunday at Gostiny Dor, a huge neoclassical hall in the city centre, near from the Kremlin. There were many attendees, but the venue is so large that it never felt really crowded.

The attendance, part families and part geeks, the casual mood, the games played, the impressive fantasy, medieval or japanime costumes, all this looked very much like the European or American conventions I’ve attended so far – with one exception, the small number of non Russian gamers. I think the van Strien brothers and I, invited by Hobbyworld, were the only western guys in the boardgames part of the fair. There might have been a few other ones in the cosplay areas, but I’m not even sure.


Sunflower Valley – If I were a sheep, I’d be careful.

Similarly, most of the games on display had only Russian rules, and there were not that many English speaking people to explain their rules. I sometimes tried to guess, probably incorrectly, and had some fun noticing a few good old western games I really like which are forgotten here and seem to have become classics in Russia – Quartermaster General, which was played everywhere, and two great oldies, Elfenland and King Me!, of which I’m not even sure they are still available in France or the US.

There’s no – or not yet – Russian map for ticket to Ride, so players here are using the Europe, the US and sometimes the Scandinavia ones. Similarly, while Russia as a colonial power almost didn’t travelled much by sea, Settlers of Catan is played here on the same island map as everywhere. Thinking of colonialism, I’m not into historical game design, but I think the England / Russia rivalry over Central Asia in the XIXth century could be a great setting for a two player bluffing game – it was not called the “great game” for no reason..

Of course, the few foreigners were much in demand. Even when I have never really understood the point of signings and autographs, I always do them wholeheartedly, and I’ve probably never signed so many copies of Citadels (and to a lesser extent of Raptor). I also gave several interviews to Russian journalists or bloggers.


With the winners of the Citadels tournament. Yes, only guys, but the far attendance was more balanced.

I can’t help trying to compare my recent experiences of game fairs in Japan and in Russia. The Japanese boardgames scene felt very open and cosmopolite, but nevertheless very different from the western ones. Conversely, the Russian boardgaming world, though clearly more secluded, doesn’t feel very different from the West European or American one. Of course, this is just a feeling after a few days there, and a few hours of discussion, and it would need much more than that to make me believe in cultural determinism.


Japanese game fairs have people dressed as cats, Russian ones have real cats. Guess what’s best!

Leave a Reply