Plagiats, copies, influences, coincidences
Plagiarism, Copies, Influences, Coincidences

Je suis l’un de ces pervers qui lisent avec soin préfaces et avant-propos. J’y ai déjà rencontré plusieurs fois l’idée que le premier texte d’un auteur était un plagiat plus ou moins conscient, le style personnel et l’originalité n’étant arrivés que plus tard, avec la culture et l’expérience, après quelques tâtonnements. Je crois que Flaubert, entre autres, avait dit cela, mais la dernière fois que je l’ai lu, c’est dans une préface de Neil Gaiman à l’un de ses recueils de nouvelles; il s’y prenait lui-même en exemple.
C’est sans doute vrai aussi de beaucoup d’auteurs de jeu. Baston, mon premier jeu publié, en 1984, était très largement inspiré d’un jeu américain, Swashbuckler, auquel Pierre Cléquin et moi avions beaucoup joué. L’explication, la même que Neil Gaiman donne pour les écrivains, est assez simple – nous ne pratiquions qu’une dizaine de jeux, Swashbuckler, Cosmic Encounter, Amoeba Wars, Le Lièvre et la Tortue, Scotland Yard, Quirks, Darkover, Battlecars et quelques autres, et n’avions ni assez de culture ludique, ni assez de recul, ni assez de confiance en nous pour faire vraiment du neuf. C’est venu assez vite ensuite et Tempête sur l’Échiquier, notre deuxième création, était déjà plus originale.
Si ce « plagiat originel » est moins systématiquement le cas des jeunes auteurs d’aujourd’hui, c’est parce que le monde du jeu a explosé, et que les nouveaux auteurs ont déjà joué à quelques dizaines, parfois quelques centaines de jeux, et se sont donc constitué la culture nécessaire à la création, celle qui permet non plus de reprendre une recette, mais de mélanger et d’assaisonner à sa sauce.

La question de l’originalité, de la limite entre le plagiat honteux et l’inspiration modeste, ne cesse cependant de se poser dans un monde du jeu de plus en plus foisonnant, où des milliers de jeux de société sont publiés chaque année et où il n’est plus possible de tout connaître, de tout suivre. De rares auteurs, comme Reiner Knizia, font le choix de la création sous bulle, tentant d’ignorer ce que font les autres afin de ne pas être influencés. D’autres plus nombreux sont comme moi trop joueurs ou trop curieux et s’efforcent de suivre plus ou moins l’actualité ludique. Je ne peux plus tout suivre comme il y a vingt ans mais je joue sur les salons, je joue dans des cafés jeux, je joue avec des amis, j’achète de nombreuses nouveautés. Je pledge pas mal de petits jeux sur Kickstarter et suis sans doute l’un des meilleurs clients de Philibert. Il m’arrive même de lire des règles de jeu, un peu pour le plaisir, un peu comme documentation, sans jamais vraiment jouer. Du coup, parmi mes trois dernières nouveautés, si Dragons ne ressemble vraiment à rien que je connaisse, Small Detectives est un cousin lointain du Cluedo, Chawaï une variation assumée sur l’un de mes jeux de cartes préférés, Stupide Vautour, lui même inspiré d’un jeu traditionnel indien.
Un auteur de jeu, comme un écrivain, comme un musicien, ne vit jamais en vase clos. Les influences ne doivent pas être évitées, si tant est qu’elles puissent l’être. Elles sont le bouillon de culture d’où naissent les créations nouvelles, par améliorations, par mélange, par fertilisation croisée. Tout comme en musique ou en littérature, ce ne devrait pas être à la justice, qui n’y connait rien et a donc tendance à se tromper, de trancher entre l’influence et le plagiat. C’est à chaque auteur dans son coin de faire preuve de bon sens, et aux éditeurs, voire aux joueurs, de les rappeler éventuellement à l’ordre si besoin est.

Avec la croissance du marché et le foisonnement de nouveautés, un autre problème se pose, celui de la coïncidence, des idées qui sont « dans l’air ». Je pensais avoir inventé un chouette petit jeu abstrait, une sorte de morpion hexagonal avec un nombre de pièces limité. Un de mes amis, plus versé que moi en abstractions stratégiques, m’a fait remarquer que ce jeu était quasiment identique à Hex, de Steffen Mühlhäuser, et je l’ai donc mis de côté. Lorsque, quelques années plus tard, Steffen est devenu l’éditeur de mon Soluna, je lui ai raconté cet épisode et il m’a appris qu’un troisième auteur italien, dont j’ai oublié le nom, avait aussi inventé de son côté le même jeu. Avec Anja Wrede, nous avons travaillé sur un jeu de reconnaissance tactile dont je continue à penser qu’il est notre meilleure création. Au moment où nous nous apprétions à faire la tournée des éditeurs, notre prototype sous le bras, nous avons eu la désagréable surprise de voir sortir un jeu certes un peu différent mais basé sur le même principe et le même gadget que nous pensions avoir inventé. Nous avons mis notre projet de côté pour l’instant, mais nous le ressortirons sans doute un jour. Bien sûr, il s’agit là d’un jeu abstrait et d’un jeu pour enfants, tous deux faits d’une seule idée, voire quasiment d’une seule règle, ce qui rend les coincidences plus probables. Des ressemblances fortuites plus partielles peuvent cependant aussi se produire dans des jeux plus complexes, les mêmes problèmes ayant parfois conduit aux mêmes solutions. J’en parle un peu à la fin de l’article sur une de mes récentes nouveautés, Nutz!, dont certains mécanismes sont assez proches de ceux de Chickwood Forest, de Matt Loomis, paru en même temps.

Il arrive à l’inverse qu’un auteur de jeu innove avec un mécanisme entièrement nouveau, Richard Garfield avec les cartes à collectionner, Donald Vaccarino avec le deckbuilding, et régulièrement se pose la question de la protection juridique. Légalement, une mécanique de jeu n’est pas une invention technique, et n’est donc pas brevetable. C’est certainement mieux ainsi, puisque bien des jeux de cartes à collectionner sont sortis depuis Magic the Gathering, bien des jeux de Deck Building depuis Dominion. Je suis très heureux, comme joueur, d’avoir pu pratiquer Thunderstone, Trains, Clank ou El Dorado. Aucun d’entre eux n’existerait sans doute si Dominion n’était passé par là, mais aucun d’entre eux n’est un plagiat du jeu de Donald Vaccarino. Je n’ai pas encore conçu de deckbuilding, mais j’en ferai peut-être un un jour. J’ai, un peu de la même manière, emprunté le mécanisme central de choix des personnages dans Citadelles à Verräter, un excellent petit jeu de cartes de Marcel-André Casasola-Merkle, aujourd’hui un peu oublié.
Imagine-t-on que l’auteur du premier roman policier – Wilkie Collins avec The Moonstone, en 1868 – ait pu breveter le genre et interdire à d’autres auteurs de suivre son exemple avec d’autres intrigues avant 70 ans ? Protéger légalement une simple mécanique ludique comme j’ai vu certains le suggérer, risquerait surtout de corseter la création.

Je n’ai que mépris pour les gens qui se demandent sans cesse si ce qu’ils envisagent de faire est légal. S’ils se posent une telle question, c’est qu’ils savent déjà que ce n’est pas correct, et ce devrait être assez pour les retenir. Faute d’une protection légale qui pourrait faire plus de mal que de bien, il faut au monde du jeu une morale collective – faite d’honnêteté et d’intelligence, ce qui n’a pas toujours grand chose à voir avec la légalité. L’affaire Alien / Nostromo, ces derniers jours, et la saine réaction de tous les « acteurs du milieu », montre que cela fonctionne, et montrera j’espère que cela peut suffire.


I’m one of these pervert readers who carefully read forewords and prefaces. I’ve met there a few times the idea that a writer’s first book is often a more or less conscious plagiarism, and that personal style and originality came later, with culture, experience and some trial and error. I think Flaubert wrote this, but the last time I read it was in a foreword by Neil Gaiman, who was taking himself as an example. It’s probably also true of many boardgames designers. Baston, my first boardgame, published in 1984, was largely inspired by an older US game, Swashbuckler, which Pierre Cléquin and I used to play a lot. The reason was exactly the same Neil Gaiman gives for writers – we knew less than a dozen modern games, namely Swashbuckler, Cosmic Encounter, Amoeba Wars, Hare and Tortoise, Scotland Yard, Quirks, Darkover, Battlecars, and didn’t have the gaming culture, the perspective and the self-confidence required to make something really new. It came later, and our second design, Knightmare Chess, was far more original. This « original plagiary » is less frequent among young designers now because the boar gaming world has exploded, and young gamers have now played dozens, and sometimes hundreds, of different games before they try to design their own. Like a cook, they know enough to make their own mix, their own recipe, rather than apply the ones they’ve seen or read.

The board gaming world and market is growing fast. Thousands of new games are published every year, and it’s not possible anymore to know everything, to follow everything. This makes the difference between shameful plagiarism and respectful inspiration ever more difficult to define. A few designers, like Reiner Knizia, try to isolate themselves in a bubble, not to look at what else is published, in order to curtail influences. More, like me, are too curious, or enjoy gaming too much, and still try to follow what they can of the gaming scene news. I play games at game fairs and in game cafés, I play games with friends, I buy many new games and I pledge, mostly lighter stuff, on Kickstarter. I sometimes even read game rules without actually playing, half for fun and half for documentation.
Let’s have a look at the result in my three most recently published games. While Dragons is, I think, really original, Small Detective is a distant cousin of Clue and Chawai / Miaui an assumed variation on Raj, which was itself a variation on a traditional Indian game. Influences can probably not be avoided and, anyway, they should not. They are the breeding ground from which new designs can grow, through improvement, mixes and cross-fertilizations.
Like with music or litterature, it’s better not to let formal justice, who usually doesn’t really understand the issues, decide where the difference between influence and plagiarism lies. Game designers and publishers must simply rely on common sense, and gamers occasionally remind them of it.

With the rapid growth of the boardgames business, another issue is now frequently arising, that of coincidence, of ideas « in the air ». I once thought I had invented a clever small abstract game, a kind of hexagonal five in a row with a limited number of pieces. A friend of mine, who knew more about abstract games, told me this game nearly identical to Steffen Mühlhaüser’s Hex, so I put it aside. When, a few years later, Steffen became the publisher of my Soluna, I told him this story and he said me that a third designer, an Italian whose name I have forgotten, also had the same idea. more recently, Anja Wrede and i worked on a tactile recognition game, which I still think is our best common design. We were ready to start showing it to publishers when we saw a newly published game, slightly different but based on the same principle and even using the same gizmo we thought we had invented. We’ve set our game aside for the moment, but we’ll probably start pitching again some day. These cases are a bit special, because both abstract games and children games are often based on one single idea, even one single rule, which makes coincidences more likely. It’s more rare, but it can also happen, though usually partially, with more complex games, when several designers find the same solutions to the same problems. This happened with one my recent card games, Nutz!, which basic systems are very similar to those of Matt Loomis’ Chickwood Forest, which was published at the same time.

A game designer sometimes comes up with a brand new mechanical idea. That’s what happened when Richard Garfield imagined collectible card games, or more recently when Donald Vaccarino invented deckbuilding. Regularly, gamers wonder about the possibility and the desirability of legal protection. Legally, a game system is not a technical invention and cannot be patented, so the only protection is the game copyright. It’s probably better this way. many CCGs have been published since Magic the Gathering. Many deckbuilding card games have been published since Dominion, and as a gamer I’m really glad that I was able to play Thunderstone, Trains, Clank or El Dorado. None of these games would have existed without Dominion, but none of them is a copy of it. I’ve not made a deck building game yet, but I might do one day. In a similar way, I borrowed the core character selection system of Citadels from a nice little card game by Marcel-André Casasola Merkle, Verräter, which by the way is unjustly forgotten.
Wilkie Collins’ The Moonstone, in 1868, was he first whodunnit novel. If he had been allowed to patent the idea, no other whodunnit would have been published for twenty or seventy years….. A legal protection of game mechanisms would only constrain and slow creation.

I deeply despise people who always wonder whether what they are doing is legal or not. If they ask themselves this question, it usually means that they already know it’s not morally correct, which ought to be a sufficient enough reason to hold them back. Bringing more law and formalisme into board game creation is probably a false good idea. We just need to keep what we mostly have, a collective ethos made of honesty and intelligence – which has often little to do with the law. The recent Alien / Nostromo affair, and the sane way the small boardgaming world has reacted, is a good token of it, and I sincerely hope it will be enough.

4 thoughts on “Plagiats, copies, influences, coincidences
Plagiarism, Copies, Influences, Coincidences

  1. Très intéressant. Je viens de faire une première partie de Dragons au festival Alchimie du Jeu de Toulouse et pour ma part, il me semblait avoir une certaine filiation dans sa mécanique de base avec Coloretto de M.Schacht 😉 Inspiration consciente? ^^

    • J’aime beaucoup Coloretto, mais je ne vois pas bien le lien avec Dragons. Enfin, si, en cherchant, je vois, mais ça me semble très ténu et en tout cas très involontaires. La seule influence consciente de Dragons, et elle est assez ténue aussi, est De l’Orc pour les Braves, jeu que j’avais fait avec Alan Moon il y a une dizaine d’années.

      • Juste sur le tour de jeu: Remplir un tas au choix après tirage ou s’arrêter et prendre un tas. ^^ Bien sur, pour la non limitation des tas en cartes, la mémoire, le déroulement général et les différentes combinaisons possibles c’est très différent. Et j’ai trouvé le jeu très bon (et très beau ce qui ne gâche rien) bien que nous n’ayons joué qu’à 3 et que je suppose qu’il doit être bien plus intéressant et tendu à 6. Hâte d’y rejouer à ce nombre!

        C’est vrai que Nuts à aussi ce système de “j’essaie de me préparer un tas intéressant tout en espérant qu’il ne sera pas assez intéressant pour qu’un autre me le vole” mais cette fois avec le bluff. Je n’ai jamais joué à “De l’Orc pour les Braves” mais il ne semble pas avoir ce principe de “je tente un tour de plus ou je pars?”.

      • De l’orc pour les braves, ce serait un peu Dragons avec un joueur qui distribue les cartes sur les piles à toute vitesse, et chacun des autres qui balance son dragon quand il veut.

Leave a Reply