Soutenez le petit monde du jeu
Support the small gaming world

Shaman 1

Dans mon éditorial précédent, j’ai expliqué ma conviction que le jeu de société était une création culturelle qui pouvait et devait être critiquée de la même manière, et donc dans les mêmes termes, que la littérature ou le cinéma. Cela est tout aussi vrai du jeu video.

Pour nous, auteurs, c’est important d’abord en termes de reconnaissance sociale de notre travail. Cela peut aussi avoir des conséquences en termes de reconnaissance juridique. Nous signons des contrats d’édition et touchons des droits d’auteurs comme les écrivains, ce qui deviendrait illégal s’il était un jour décidé que les jeux ne sont pas des « œuvres de l’esprit ».

La meilleure manière de nous soutenir consiste, dans la vie quotidienne, à utiliser autant que possible le vocabulaire adapté aux activités culturelles, et à reprendre ceux qui, sans penser à mal, utilisent des termes moins adaptés.

Donc, en parlant de jeu de société comme de jeu video :

pour parler de moi et de mes collègues,
ne dites pas UN INVENTEUR DE JEU
mais dites UN AUTEUR DE JEU

pour parler de ceux qui publient et vendent nos créations,
ne dites pas UN FABRICANT DE JEU
mais dites UN ÉDITEUR DE JEU
(d’ailleurs, presque aucun éditeur ne fabrique lui-même ses boites de jeu, cette activité est toujours sous-traitées à des imprimeurs, comme pour les livres)

pour parler de votre première partie,
ne dites pas TESTER UN JEU
mais dites JOUER À UN JEU POUR LA PREMIÈRE FOIS

pour parler d’un article exprimant une opinion argumentée sur un jeu,
ne dites pas UN TEST
mais dites UNE CRITIQUE

Cela peut paraître un peu ridicule, mais c’est extrêmement important pour nous, et cela ne vous coûtera rien. Si un jour le juge, le législateur ou l’administration doit trancher sur la nature de notre activité, ils observeront d’abord la manière dont elle est traitée et discutée dans la société, et en particulier par ceux qui la pratiquent et s’y intéressent.

Et tant qu’on y est, évitez gamer. Joueur suffit largement et a l’énorme avantage que tout le monde comprend. Les termes anglais sont très pratiques quand il n’y a pas d’équivalent français, mais quand ce dernier existe, inutile de se compliquer la vie. Je n’aime pas non plus jeu de plateau, et lui préfère jeu de société, pour plusieurs raisons. D’abord, jeu de plateau est un anglicisme (ou un germanisme, je ne sais pas bien, puisque l’on dit boardgame et Brettspiel) à la sonorité désagréable. Ensuite, en bon français, le plateau de jeu s’appelle un tablier, même si plus personne n’utilise ce terme. Enfin, beaucoup de nos jeux sont des jeux de cartes, ou de dés, et sont donc très mal décrits par le terme jeu de plateau. Jeu de société a en outre l’avantage d’insister sur ce qui fait la spécificité de notre passion, son caractère social.

Faites passer, faites circuler l’information autour de vous.

Merci pour votre aide.


Shaman 2

In my last blogpost, I explained my conviction that boardgames are cultural creations which could and should be analyzed and reviewed in the same way and with the same technical terms as literature or movies. This is also true of video games.

For us, game authors, this is essential for the social recognition of our job. In France, it could also be critical for legal recognition of our job. We sign publishing contracts and earn royalties like writers, and this would become illegal if it were settled that games are not cultural items.

The best way to support us – well, for French people at least – is to use in daily life the right terminology, the cultural one, and to correct people who, usually with no bad intent, use « wrong » terms.

From now on, when discussing boardgames or video games, please,

when discussing me and my colleagues
don’t say A GAME INVENTOR

but say A GAME DESIGNER or even better A GAME AUTHOR

when discussing the companies which develop and sell our creations,
don’t say A GAME MANUFACTURER

but say A GAME PUBLISHER
(actually, game publishers don’t manufacture anything, they outsource production to printing companies, exactly like book publishers do)

when you play a game for the first time,
don’t say TO TEST A GAME

but say TO PLAY A GAME FOR THE FIRST TIME

when discussing articles expressing an opinion on our games,
don’t say A TEST
but say A REVIEW

All this could sound a bit ridiculous, but it is of the upmost importance for all of us game designers, and it won’t cost you anything. If, some day, the French justice has to decide if designing a game is a cultural activity, it will probably first look at the way it is usually discussed by every one, and by the people involved. 

We thank you for your support.

5 thoughts on “Soutenez le petit monde du jeu
Support the small gaming world

  1. In English “Game’s Designer” is better than “Game’s Author” all the other words in french and English are “intelligent recommendations.

  2. Jouer à un jeu pour la première fois plutôt que de le tester/l’essayer ? (Peut-être que tester sonne plus mécanique qu’essayer. Mais ça me semble bien être la même chose.)

    J’avoue avoir du mal à me faire à cette idée. Mes oreilles ne bourdonnent pas quand on me propose “d’essayer un jeu”. On lit des instructions (les règles), on réalise ce qu’elles nous dictent au moment opportun, et on découvre ensuite quel sont le résultat et les conséquences de nos actions.

    Cette première partie – ou le premier tour de cette partie – c’est une expérimentation afin de juger si un jeu est susceptible de nous plaire.
    On appuie sur des boutons, on tire des leviers sans trop savoir ce qu’ils font concrètement. Mais plus tard, on sait ce que fait chacun d’eux, et ce n’est qu’alors, selon moi, que l’on joue vraiment.

    Même pour d’autres produits culturels, ça ne me choque pas d’entendre :
    “T’as essayé le dernier Taniguchi ?”
    “T’as testé Jessica Jones ?”

  3. Does France allow copyright for game rules? In the US we don’t have that protection, an equally important problem.

    If we standardize on game author, we should also standardize the term for game developer – the role is certainly comparable to a director of a play or film. I like gamewright.

Leave a Reply to Bruno Cancel reply