Sur l’argent et les éléphants
Money and elephants

Bon, le financement nécessaire pour Formula E a finalement été réuni, de justesse. Je suis soulagé, et je garde un souvenir plutôt désagréable de l’expérience. J’étais très favorable aux systèmes de financement communautaire de type Kickstarter ou Ulule tant que je n’avais été que souscripteur, celui qui soutient un projet, avec le sentiment de participer à quelque chose d’utile ou d’intéressant, ou simplement de donner un coup de pouce à des amis. Je suis plus nuancé désormais car, après avoir vécu l’expérience de l’autre côté, je dois avouer l’avoir trouvée un peu frustrante et humiliante.

Frustrante, car je me suis jusqu’au bout demandé si nous réunirions les fonds souhaités, et car j’avoue être un peu dépité de voir qu’André, Sergio et moi ne sommes parvenus réussi à réunir sur nos noms, donc sur la confiance qu’ils nous font, qu’à peine 400 joueurs. Humiliante, car cela m’a amené à mettre en avant systématiquement sur mon site, et sur Facebook, les aspects financiers de la production d’un jeu, à demander aux visiteurs de participer, et que cela n’était pas très agréable. Certes, j’ai toujours un peu utilisé mon site pour faire la promotion de mes jeux, pour encourager les gens à les acheter, mais c’était moins direct, plus subtil, j’aurais presque envie de dire moins obscène.

Ça ne veut pas dire que je n’aurai pas d’autres jeux sur Kickstarter – la décision dépend finalement de l’éditeur, non de moi, et je vois très bien les avantages qu’il y trouve, notamment l’assurance d’un minimum de ventes, un financement bon marché, et la création autour du jeu d’une sorte de communauté qui peut être très sympathique. Sans doute, si j’ai d’autres projets Kickstarter dans l’avenir, prendrai-je cela avec plus de distance. Il n’empêche que, dans l’immédiat, je suis content que ce soit fini, et j’ai presque envie de m’excuser auprès de tous ceux qui ont visité mon site web ces dernières semaines, ou m’ont suivi sur Facebook, et ont eu l’impression que j’insistais un peu lourdement sur des questions d’argent.

En attendant, il va falloir se mettre au boulot sur les nouveaux plateaux de Formula E, puisque c’est ce que nous avons promis. J’avoue que j’aurais préféré les petits autocollants, mais je viens de recevoir un email de Sergio avec bien des idées de parcours intéressantes. Et ça, ça promet d’être plus amusant.

Formula E

It was tight, but we finally got from gamers all the funding we asked for the printing Formula E. I feel a bit relieved, but I will also keep some bad memories of it. I was all for crowdfunding and subscription systems like Kickstarter and Ulule as long as my only experience of it was as a pledger, as someone who brings some money to an exciting or morally satisfying project, or only to help some friends. I am more balanced now that I have seen it from the other side, because the experience was frustrating, and may be even humiliating.

It was frustrating because, until the very end, i was not sure we will make it – or rather you will make it – and because I’m a bit disappointed that Andre, Sergio and I had found only 400 gamers to trust our word on a game. It was humiliating because I posted several times on my blog and on facebook about money, about the financial aspects of producing a game, blatantly asking for support. Of course, I’ve always used my website to promote my games, to suggest that people buy them, but it was less direct, more subtle. The directness of crowdfunding sometimes feels almost obscene.

This doesn’t mean I won’t have other games on Ulule or Kickstarter. After all, it’s the publisher’s choice, not mine, and it is very interesting for him – he is sure to sell a certain number of games, gets cheap funding and creates a kind of loose support community around the game. If I have other future Kickstarter projects, I’ll try to keep more cool about it, but the system is not really designed to keep one cool. At the moment, I’m glad it’s over, and I’d like to apologize to all those who visited my websites these last weeks, or followed me on Facebook, and could find me a bit insisting on money issues.

Now, let’s go back to the new boards, since this is what we promised. On the one hand, I would have preferred the little stickers, because it’s less work, but also because I like to keep games simple, but on the other hand, I just received an email from Sergio with interesting ideas for new race tracks. This will be more fun.

15 thoughts on “Sur l’argent et les éléphants
Money and elephants

  1. Bon courage pour la suite, et bravo pour le financement.
    J’imagine très bien la difficulté de devoir demander l’aumône, du moins c’est l’impression que ça doit donner.
    Mais je n’ai pas trouvé que vous êtiez insistant. Juste ce qu’il fallait pour faire connaître et laisser le libre choix.
    La difficulté du financement vient vraiment, je pense, des bonus mal choisis au départ.
    Les parcours supplémentaires ont été le choix qui a permis au projet de se réaliser.
    J’espère que vous allez concocter des parcours originaux et bien différents, enfin je vous fais confiance pour ça. Le + dur est passer, amusez-vous à nous amuser !

  2. Il faut positiver, je suis personnellement très fier d’accompagner ce projet et je n’ai trouvé aucune insistance sur votre blog ou ailleurs, vous avez fait le job et avec succès, c’est tout ce qu’il faut retenir.

    Le temps deviennent dur pour beaucoup alors ne retenez que le positif, vous allez pouvoir concrétiser vos efforts! Alors longue vie et succès à Formula E !

  3. Cher Bruno,

    Nous ne nous connaissons pas et pourtant j’apprécie beaucoup vos jeux et vous en remercie. Je suis heureux que le financement ait abouti pour vous comme pour l’éditeur.
    Ma participation à cette levée de fond je l’ai faite uniquement car vous étiez co-auteur. L’aura de l’auteur était donc bien là me concernant.

    Après, je pense que ce projet a manqué d’un peu de folie dès le départ en proposant des paliers plus attractifs et plus abordables.

    Bon courage et hâte de voir le résultat.

  4. Il n’y a aucune honte, Bruno, à parler de son travail et à le défendre sur son blog ou Facebook. Si l’on te suit, c’est pour tes jeux et pour avoir ces informations. Même si ce post et ces interrogations t’honorent, n’aie aucune inquiétude là-dessus.

    En ce qui me concerne, j’ai été un peu refroidi par de précédentes opérations de financement participatif dans lesquelles les éditeurs, aussi sérieux soient-ils, ont eu bien du mal à respecter leurs engagements même avec un seuil de financement atteint et même dépassé.
    C’est assez facile à expliquer : si je participe, c’est qu’il s’agit de petits éditeurs débutants peu habitués aux contraintes et aux imprévus de ce qui reste un métier. Les délais ont bien du mal à être respectés et les acheteurs finissent souvent pas s’impatienter d’autant plus que le but d’un site comme kickstarter et de créer une envie.

    Cela n’en demeure pas moins une bonne idée qui rend possible de nouvelles expériences. À nous de savoir faire le tri et de s’armer de patience car l’édition n’est jamais participative, c’est une aberration. Seul le financement, comme dans le cas de Formula E, peut l’être.

  5. du même avis que Martin ! no problemo, no problema ! pas de honte à demander qu’on finance un projet ! et heureux que ces éléphants et cornacs aient trouvé enfin preneurs ! marc

  6. Bruno, c’est très bien de défendre un projet auquel tu crois. Le thème du jeu n’est pas spécialement porteur (pas d’effet de mode), les frais de port en ont refroidis certains (dont moi-même).
    Cependant, la qualité de ce jeu est indéniable, il mérite d’être produit.

  7. Une fois de plus un article très intéressant.
    Comme “obstacle” je pense au faible intérêt des joueurs français pour les jeux dit de parcours.
    Personnellement, mon boulot c’est vendeur de jeu. Et je vois la défiance qu’il peut y avoir, même inconsciente, pour quelqu’un vis à vis de quelqu’un qui cherche à Vendre. Moi, je cherche à conseiller, mais dans le cas d’un ks, ce qui passe en avant, c’est la vente, l’appel à l’argent. Et là on fait appel au consommateur plus qu’au joueur. Psychologie de comptoir sans doute mais ce facteur joue certainement.

  8. J’ai eu exactement le même sentiment suite à mon expérience witty. Je n’aime pas du tout réclamer des sous aux gens.

  9. Pour ma part je pense que gamesalute qui aurait du faire le boulot de promotion a été assez nulle dans ce domaine…
    J’ai eu un peu l’impression qu’ils pensaient avoir un succès garanti et n’ont pas reussi à avaler la pilule de la reaction initiale à la campagne tristounette…

    Je ne doute pas que Formula-e soit un bon jeu, mais il faut un peu plus que ça pour attirer les gens. Perso j’ai plein d’excellent jeux sur ma liste d’achat qui sont déjà disponible, pourquoi placer de l’argent 7 mois à l’avance sinon pour avoir un peu l’impression de participer à l’aventure?

    La campagne de formula-e ressemblait à une simple pré-commande 7mois à l’avance, à mon avis meme simplement une petit mention du nom des souscripteurs dans les règles aurait booster l’intérêt..

  10. il ne faut pas s’excuser au moins vous faite les choses avec netteté et sincérité, personnellement je n’ai pas pledgé, mais ce n’est pas l’envie qui m’a en manqué, mais être client c’est aussi dur, et on ne peut pas toujours acheté tout ce que l’on voudrait…
    Je vous ais découvert avec la vallée de mammouths et franchement…

  11. Glad you made it.
    The problem is that KS is not for the publishers.
    It’s for letting them out of the game…
    Hope to see a lot of good projects from you in the future too 🙂

  12. I believe that Formula E’s performance had less to do with the quality of the game or its creators, and more to do with Kickstarter Culture and project mismanagement. Kickstarter funders have an expectation of “Game Plus” on Kickstarter. I believe many felt more or less slapped in the face by the initial (and later retracted) publication of stretch goals that primarily consisted of additional languages in the rule book. At no point did the project manager give funders a feeling that increased funding would result in something more than just the game. Even after removing the stretch goals, an ambiguous message alluding to undefined stretch goals was all that was offered. There is a common feeling, based mostly on past experience, that games from established publishers will be available at discounted prices after a kickstart, so without appealing extras to enhance the game, many feel that pledging will actually cost them more to get the same game. Therefore, based on the way the campaign was run, I don’t think the funcing performance really says anything useful about the enthusiasm for the game itself. You are a highly respected designer, and I expect the game will sell well after its mainstream release.

  13. Bonjour…My name is David MacKenzie, of Clever Mojo Games and Game Salute. I just want to thank you all for commenting about the Kickstarter project that I ran for Formula E.

    I will be the first to admit that I did, in fact, rely heavily on Bruno’s name to draw attention to the project. Who would not want to be a part of creating the next Citadels? Also, I had hoped that my own reputation, due to successes for both Alien Frontiers and Sunrise City, would help bring people to the project.

    Over and over, I read people saying “the game looks good but the stretch goals were boring.” That’s crazy talk! We put a lot of work into Formula E to make it the BEST it could be right from the start, without having to resort to silly stretch goals like stickers or an extra meeple. If you like a game then SUPPORT IT! Who cares what the stretch goals are? They’re extras that the game DOES NOT NEED TO BE GREAT.

    I thought that people wanted a great game with great components, but I guess I was wrong. People want spectacle. They want everything for cheap. They want Kickstarter to be a game of it’s own. I don’t agree with that mind set, but it is what I will have to do next time.

    I am sorry that Bruno and Sergio and Andre had to watch Formula E struggle and limp across the finish line. It made me look like a fool and, going by Bruno’s comments, it was degrading for him. I am sorry, Bruno.

    As for Game Salute…I like what they’re doing to help support local game stores. Online game stores are killing local stores, just like Wal-Mart kills local businesses all across America. If it all ends up about being where is the cheapest place to get something, then all we’ll get is cheap stuff.

  14. David, thanks a lot for your kind words.

    As for your analysis, I completely agree with what you’re saying about stretch goals and the way Kickstarter is becoming kind of a spectacle, or a game in itself. As someone who never even read the stretch goals for the projects I was pledging for, I’m a bit surprised by this aspect. But, well, you’re the professional publisher, you should have known better, or at least better than me ;-). And I still would have preferred the stickers above the new boards, but I’m in the minority there…

    As for the question of brick and mortar vs online stores, that’s something else. I can see the point of brick and mortar shops, and the importance of defending small shops to get fresh and sane fruits and vegetables instead of what we get in supermarkers, I’m not sure it makes the same sense with books, games or music. I’d rather have more cafés to play in. As a matter of fact, I think it’s years since I last went into a game shop or library, and I buy dozens of games and hundreds of books every year. But I admit the issue is complex.

Leave a Reply