Chicago Poker

Le poker était très à la mode au milieu des années 2000, et Bruno et moi avons donc, nous aussi, imaginé notre jeu de cartes empruntant quelques mécanismes au poker. Notre inspiration est cependant, comme il y a quelques années avec mon Corruption, à chercher plutôt du côté du stud 5 que du hold’em. Ce dernier, je crois, n’existait d’ailleurs pas dans les années 20, où se situe l’action de Chicago Poker.

Chicago Poker est un jeu de cartes faisant appel autant à la tactique qu’au bluff, dans lequel le but est de prendre le contrôle des principaux établissements de la ville – speakeasies, salles de jeu, clubs de jazz et brasseries – en jouant, tantôt visibles et tantôt cachées, des cartes formant des combinaisons de poker. Comme souvent ce genre de jeu, c’est très tactique à deux, et plus incontrôlable à six, mais ça marche aussi bien dans un cas que dans l’autre.

Si Chicago Poker emprunte au poker l’ordre des combinaisons, et au stud 5 les cartes parties visibles et parties cachées, cela reste fondamentalement un jeu de “gestion de sa main” (pas trouvé mieux pour rendre “hand management”), et non une variante du poker. Son esprit est donc finalement plus proche de jeux de cartes comme Schotten Totten ou Cesar et Cléopatre, que du poker.

Histoire du jeu

Je joue au poker depuis bien longtemps, bien avant la mode actuelle du Hold’Em, et cela se ressent inévitablement dans certaines de mes créations. Dans Corruption, déjà, j’avais utilisé un mécanisme de pose des cartes directement inspiré du stud poker. On le retrouve aussi, exploité bien différemment, dans Chicago Poker.

Chicago Poker est né de l’échec d’un projet de jeu de parcours sur le thème de l’Aéropostale qui, malgré bien des tests, bien des bonnes idées et bien des versions successives, n’a jamais débouché sur un prototype réellement convaincant, peut-être parce que trop d’auteurs y étaient impliqués. L’aventure nous a quand même laissé, Bruno et moi, avec le sentiment qu’il y avait encore bien des choses à faire à partir du poker.

Nous sommes donc aussitôt repartis sur une piste entièrement différentes, un jeu de cartes un peu dans l’esprit de Corruption, dont le thème permettrait d’exploiter naturellement les règles et les combinaisons du poker. Le thème était évident, la guerre des gangs aux Etats-Unis sous la prohibition. Comme souvent les bons jeux, celui-ci fut bouclé en quelques semaines. Nous situâmes l’action de à New York, et baptisâmes le jeu Broadway. Je me documentais sur les personnalités locales de l’époque, les Arnold Rothstein, Owney Madden, Texas Guinnan pour mettre les noms qu’il fallait sur les cartes, et nous crûmes même avoir rapidement trouvé un éditeur, Asmodée.

Quelques mois plus tard, Asmodée, dont la politique éditoriale avait en effet un peu trop tendance à partir dans tous les sens, décidait de renoncer à pas mal de projets, dont celui-ci, et nous nous mîmes en quête d’un autre éditeur. Avec sept prototypes à imprimer et découper de retour du salon d’Essen, Broadway fut, parmi nos jeux, l’un des deux qui suscita le plus d’intérêt chez les édieturs. Bruno et moi sommes bien content que ce soit finalement Phalanx qui se soit décidé le premier, parce que l’on aime vraiment beaucoup Henning, et qu’Uli, que l’on connaît moins, à l’air aussi très sympathique.

Désireux de pouvoir mettre le visage d’Al Capone sur les cartes, Phalanx a rebaptisé le jeu Chicago Poker et nous a demandé de resituer l’action à Chicago. Toute la documentation était à refaire, les noms des chefs de gang, des clubs de jazz et des speakeasies à changer ! Arnold Rothstein, Dutch Schultz ou Legs Diamond sont ainsi devenus Al Capone, Bugs Moran et Dion O’Bannion, mais les mécanismes du jeu sont restés inchangés.

L’éditeur a en outre procédé à quelques changements aparemment sans importance mais qui, selon moi, affaiblissent considérablement la cohérence thématique du jeu. La carte qui donne droit à une action supplémentaire durant son tour de jeu était la mitraillette Thompson – la fameuse « Chicago Typewriter ». S’agissant d’une carte présente dans le jeu en un seul exemplaire, et permettant d’accélérer une fusillade, cela était parfaitement logique. Elle est devenue un simple colt, ce qui n’a guère de sens car cela n’a plus grand chose de spécial, tous les gangsters ayant à priori un colt sur eux, et ne suggère pas la même idée de rapidité. La carte action permettant de regarder les cartes jouées faces cachées par un adversaire était, fort logiquement, l’informateur. Elle est devenue, sans aucune explication logique, une descente de police – même si j’ai triché et laissé l’intitulé informateur dans la traduction française. Si l’on avait voulu mettre une carte Descente de Police, ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise idée, nous lui aurions donné un effet adéquat, par exemple de virer toutes les cartes jouées par tous les joueurs devant un établissement. Donc, si vous voulez jouer au jeu tel que nous l’avions imaginé, essayez de vous convaincre que le dessin du colt représente une mitraillette Thompson, et que la carte “Descente de Police” s’appelle Informateur. Vous verrez que tout devient alors plus cohérent et, par conséquent, plus amusant.
Ce n’est pas la première fois que j’ai ce genre de problème. Les éditeurs européens semblent, contrairement aux américains, avoir un peu de mal à réaliser que le thème d’un jeu, ce n’est pas seulement un titre et de jolis dessins, c’est aussi et surtout un ensemble de clins d’oeil et de références dans les noms et les effets de tous les éléments du jeu. C’est cela qui rend un jeu amusant.

Chicago Poker
Un jeu de Bruno Faidutti & Bruno Cathala
Illustré par Czarnè
2 à 6 joueurs – 45 minutes
Publié par Phalanx (2007)
Tric Trac    Boardgamegeek


It was the poker craze around 2055, so Bruno and I tried, like many others, to design a game borrowing some elements of poker. However, our inspiration, like a few years ago when I designed Corruption, lies more in stud poker, specifically stud 5, than in Texas Hold’Em. I even think the latter didn’t exist yet in the prohibition era, which is the setting of Chicago Poker.

Chicago Poker is a card game with some tactics and much bluffing, in which the goal is to take the control of the main businesses of the town – speakeasies, game rooms, jazz clubs and breweries – with playing cards, sometimes face up and sometimes face down, to make poker hands. Like very often this kind of game, it’s highly tactical with two players and a bit chaotic with six – but in works as well in both cases.        

Chicago Poker makes use of the poker hand ranks, and the stud 5 mix of face up and face down cards, but it is more a classical german style hand management card game than a real poker variant. When playing, it feels more like Schotten Totten or Caesar and Cleopatra than like poker.

History of the game

I’ve been playing poker for long before the recent Hold’em craze, and you can feel its influence in many of my game designs. I had already used, in Corruption, a card playing system directly borrowed from stud poker. The same system is used, in a very different way, in Chicago Poker.

First there was the project of a big box race game about the airmail lines between France and South America in the twenties and thirties. Despite many clever ideas, many tests, many versions, we never managed to make a convincing prototypes, may be because there were too many authors involved. Bruno and I, however, left with the feeling that there were still many things to do using poker mechanisms.

So we immediately started to work on a very different idea, a smaller card game in the line of Corruption, where the setting, gang wars during the prohibition, will make feel natural the use of poker rules and hand rankings. As it often happens with good game ideas, the design was finalized in a few weeks. We placed the action in New-York, and called the game Broadway. I read some books about the local celebrities of the time, people like Arnold Rothstein, Owney Madden, Texas Guinan and found the right names to put on all the cards. We even thought we had found a publisher, Asmodée.

A few months later, Asmodée decided to make its publishing policy cleaner and clearer, and resigned with this project, as well as with a few other ones. So we started to look for another publisher. Back from Essen 2006, I had seven prototypes of Broadway to print, paste and cut, meaning it was one the two games of ours that raised the most interest on publishers. Bruno and I are really happy that it has first been taken by Phalanx, since Henning is a true friend and Uli, which we don’t know as well yet, seems to be a really nice guy as well.

Since Phalanx wanted to put the face of Al Capone on the box cover, the game was renamed Chicago Poker, and the action moved to Chicago. This meant all my documentation was obsolete, and the names of all gang bosses, speakeasies, jazz clubs and the like had to be changed. Arnold Rothstein, Dutch Schultz and Legs Diamond became Al Capone, Dion O’Bannion and Bugs Moran, but the game systems didn’t change a bit.

The publisher also made a few changes which look cosmetic but, in the end, have a bad effect on the game’s thematic consistency. The card that gives you one extra action this turn was the sub-machine gun – the Chicago Typewriter. For a card of which there’s only one in the deck, and which has the effect of accelerating a shoot-out, it was perfectly logical. Now it’s a standard Colt gun, which has absolutely nothing rare or special, every gangster probably carrying one, and which doesn’t suggest the same idea of acceleration. The action card that allowed you to look at an opponent’s face down card was, logically, the informer. It’s now, with no logical reason, called Police Raid. If we had wanted to put a Police Raid card, which may have a been a good idea, we would have found a consistent effect for it, such as discarding all gangsters played on one business. So, if you want to play the game as we had designed it, try to imagine that the picture of a colt is, in fact, a Tommy Gun, and that the “Police Raid” card is called informer. You’ll find out that everything becomes more fluent and coherent and, therefore, more fun.
It’s not the first time I have this kind of problem with a game I designed. It seems that, unlike American ones, european publishers don’t realize that a game’s theme is not only a title and nice pictures, but also, may be even more, the many allusions and links between the general story and the different elements of the game – that’s were lies most of the fun of a game.

Chicago Poker
A game by Bruno Faidutti and Bruno Cathala
Art by Czarnè
2 to 6 players  – 45 minutes
Published by Phalanx (2007)
Boardgamegeek